La traversée des temps : la porte du ciel

Éric Emmanuel Schmitt

Albin Michel

Resumé de l’éditeur :

L’éternité n’empêche pas l’impatience : Noam cherche fougueusement celle qu’il aime, enlevée dans de mystérieuses conditions. L’enquête le mène aux Pays des Eaux douces ➖la Mesopotamie➖où se produisent des événements inouïs, rien de moins que la domestication des fleuves, l’irrigation des terres, la création des premières villes, l’invention de l’écriture, de l’astronomie.

Noam débarque à Babel où le tyran Nemrod, en recourant à l’esclavage, construit la plus haute tour jamais conçue. Tout en symbolisant la grandeur de la cité, cette Tour permettra de découvrir les astres et d’accéder aux Dieux offrant une véritable « portes de ciel »

Grâce à sa fonction de guerisseur, Noam s’introduit dans tous les milieux, auprès des ouvriers, chez la reine Kubaba, le roi Nemrod et son architecte, son astrologue, jusqu’aux pasteurs nomades qui dénoncent et fuient ce monde en train de s’édifier.

Que choisira Noam? Son bonheur personnel ou les conquêtes de la civilisation ?

Ressenti :

« D’ordinaire on écrit pour durer lui écrit pour ne pas perdre. Au fond cela revient au même : il s’agit d’accorder l’éternité à l’éphémère. « 

Après le déluge on retrouve Noam, Noura près de lui. Mais très vite Noura disparaît.

« La nostalgie mord , autant qu’elle caresse. »

Noam va marcher, traverser les terres et les plaines, pour s’arrêter à Babel.
Babel envoûtante, ensorcelante, lumineuse, effervescente mais aussi sombre, carnassière, asservissante, un cercueil qui engloutit.

« Babel perverse, meandreuse manipulatrice »
« Babel l’inachevée ne sera jamais achevée et se nourrira de son désir sans jamais conduire à la jouissance. »

Et son roi Nemrod, narcissique, Capricieux, dépourvu de morale, « dont le pouvoir de faire égale celui de défaire.

Lui qui pour ériger la plus haute des tours pour atteindre le ciel, tel un Dieu, fait couler le sang et soumet les hommes à l’esclavage. L’homme n’est qu’une personne avide de pouvoir depuis la nuit des temps. Le Monde est tel que l’Homme le laisse, dévasté et pourtant il reste encore un peu d’humanité une lueur pour éclairer nos peurs, afin de s’épanouir, devenir.

« La vie n’est pas un cadeau qu’on conserve ni un cadeau qu’on rend, c’est un cadeau qu’on transmet. »

EES est un merveilleux conteur qui écrit l’histoire dans l’historie avec emphase, poésie et philosophie.
Il nous décrit les débuts de l’Orient , l’érudition, l’invention des écritures, l’architecture, le début de l’agriculture, du commerce, la sédentarisation.
La Mésopotamie au IV siècle avant Jésus-Christ, les premiers règnes, les premières guerres de territoires. Abraham et ses 12 tribus.


Un millénaire en pleine agitation, en ébullition.

« Le monde n’avait pas trouvé qu’un miroir dans l’écriture. Il y avait gagné des portes, des fenêtres, des trappes et des pistes d’envol. « 

Les personnages sont profonds, attachants, deplaisants. J’aime beaucoup Noam, affable, respectueux, toujours à aider son prochain, Noura m’a parfois excédée, manipulatrice et agaçante, insupportable et que dire de la reine Kubaba, personnage atypique, haut en couleur, drolesque.

Une écriture fluide, enivrante, une plume maîtrisée et habile, des récits bibliques qui éclairent, et remettent en questions les textes religieux. Des rebondissements sans temps morts.

« Nous n’avons pas reçu un don Noam, mais un poison. Le pire! Celui qui torture indéfiniment, celui dont on ne se débarrasse pas. Le poson qui empoisonné sans supprimer. »

ADDICTIF➖TREPIDANT➖CAPTIVANT.

Un plaisir aussi grand que de lire le premier tome, l’auteur a entreprit d’écrire l’évolution de l’humanité, j’adhère à la philosophie, le récit, la grandiloquence mais aussi à l’humilité de EES. Son souffle romanesque nous emporte.

« L’humanité évolue indéfiniment, se meut sans aboutir, poussée par la compétition, l’orgueil, le génie, la mégalomanie, le refus de ses limites. »

Mon ressenti sur le 1er tome

https://evasionpolar.wordpress.com/2021/02/10/la-traversee-des-temps/

Merci aux Éditions Albin Michel

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Aude Bouquine dit :

    Magnifique ❤️. Conquise par cet auteur, j’en veux encore. Ton ressenti me replonge dans cette incroyable lecture ❤️

    Aimé par 1 personne

    1. C’est une œuvre romanesque que je relirai avec plaisir. Quelle littérature et quel talent!

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s