La traversée des temps

Le paradis perdu tome 1

Éric-Emmanuel Schmitt

Albin michel

4 février 2021

Si tu ne dois lire qu’un seul livre cette année c’est celui-ci
Le 1er tome de #latraverseedestemps #paradisperdus


L’histoire de l’humanité à la fois philosophique et mystique. Tout en étant un roman prodigieux qui embrasse les âges et le temps dans ses bouleversements.


« Je suis né il y a plusieurs milliers d’années, dans un pays de ruisseaux et de rivières au bord d’un lac devenu une mer »

Une immersion immédiate qui m’a transportée, traversée, remuée le cœur.
Un attachement sensible avec Noam emporté par un projet titanesque à travers les âges.
Noam foudroyé par la foudre lors du déluge la mer méditerranée enveloppant les terres, un monde opaque sans lune, sans étoile.

Tout commence aujourd’hui avec la sensation que l’humanité touche à sa fin. Noam se sent dans l’urgence d’écrire ses mémoires, d’écrire l’histoire de ce petit garçon du néolithique et qui par bénédiction ou malédiction traversera l’histoire en ayant toujours 25 ans.

« Je suis né il y a plusieurs milliers d’années, dans un pays de ruisseaux et de rivières au bord d’un lac devenu une mer »

L’inconnu se profile, épouvante l’imprévisible s’érige, invisible, insidieux, s’accrocher au surnaturel pour se prémunir contre le désespoir.

EES est un conteur incontestable, ce roman est tout en poesie, construit avec emphase et lyrisme.
Une épopée monumentale où tu assistes au combat patricide, à l’avidité, la cupidité, l’homme et ses travers, mais tu découvres aussi l’amour, l’amitié la bonté. En remontant le passé le présent s’installe.
On est ce livre,on ressent la terre,les sentiments, les emotions,l’amour, le vent, les arbres. #leparadisperdu nous donne accès à la complémentarité entre l’homme et la nature, la terre nourricière que l’on vénère, que l’on respecte, une osmose que l’homme a détruit au fil du temps et Noam est ce témoin immortel.

« Je suis né il y a plusieurs milliers d’années, dans un pays de ruisseaux et de rivières au bord d’un lac devenu une mer »

Ce livre c’est aussi une histoire d’amour passionnée avec la belle Noura, la magnifique Noura qui révélera Noam, au caractère trempé, féministe bien avant l’heure .

Ce livre c’est aussi une histoire d’amitié, pleine de sagesse avec l’immense Barack, le compagnon de sa mère.

Ce livre c’est aussi une histoire d’amour maternel, le lien indéfectible, l’enfant que l’on reste dans les yeux d’une mère, le chagrin du deuil. Une béance.

« Quelque soit l’âge auquel on apprend la mort de ses parents, ce jour là tue l’enfant. Devenir orphelin c’est devenir veuf de son enfance « 

Une plume envoûtante, époustouflante avec un sens des détails intense.
Captivée par ce roman foisonnant qui tient en haleine, qui tient en eveil.
Je suis ressortie lessivée, pantelante au bord d’un gouffre vertigineux. Je n’ai pas de mots pour expliquer l’état emotionnel dans lequel ce roman m’a laissée.
Bref tu as compris lis ce Monument.

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. ça fait envie ton joli retour pleins d’enthousiasme ! la couverture est magnifique et ce thème intriguant. ça va cartonner j’en suis certain. Passe un bel après midi 😊

    J'aime

  2. Merci Frédéric, mais vraiment il est monumental, cela fait un moment que je n’ai pas lu EES, là il m’a complètement bluffé

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s