Le train des enfant

Viola Ardone

Albin michel

Janvier 2021

Ressenti :

« Ceux qui te laissent partir t’aiment plus que ceux qui te retiennent « 

L’Italie d’après-guerre, le sud et sa pauvreté.  On fait le connaissance d’Amerigo et de sa mère Antonietta dans les quartiers pauvres napolitains.  Pour sortir Amerigo de la misère, pour lui donner la chance d’aller à l’école, de manger chaque jour à sa faim , Antonietta decide de l’envoyer dans une famille d’accueil d’Italie du Nord, moins impacté par la guerre et la misère.

Un passé méconnu de l’histoire italienne pour moi .
Tragique et déroutant.
Des faits historiques qui fracassent notre cœur de mère.
Des enfants séparés de leur famille,  des enfants qui s’interrogent, apeurés d’avoir été vendus pour travailler dans des camps russes où pire être brûlés.
Mais la réalité est moins funeste.
Une épopée vécue à travers les yeux d’Amerigo,  des enfants paumés,  déjà abîmés par la vie mais qui vont être accueillis par une famille d’accueil chaleureuse. Amerigo va découvrir l’amour de parents, les rires, une famille qui s’aiment, se parlent.
Un accueil promis par le parti communiste pour que les enfants du sud, puissent démarrer une nouvelle vie de bonheur, un nouveau départ, une nouvelle chance.
Les enfants essaient d’oublier leurs angoisses, le traumatisme de la guerre,  la séparation de leur famille,  la peur au ventre,  le chagrin au coeur…
Un déchirement pour ces enfants déracinés, tiraillée par l’amour des leurs et l’attachement à leur famille d’accueil.
Un sacrifice pour les gens du Sud, mais vu comme un abandon par les enfants.
Une relation complexe entre Amerigo et sa mère,  une relation faites de non-dits,  des émotions enfouies qui ne s’expriment pas. Un rendez-vous manqué entre ces deux là  une vie en parallèle, des attentes frustrantes jamais énoncées.

Une émotion vive nous étreint à suivre Amerigo, sa perception des faits relatés avec le prisme de l’enfance, une perception anodine,  alors qu’au fil des pages,  on grandit avec lui,  on comprend la douleur,  la souffrance de la séparation,  les regrets, les choix difficiles. Le sacrifice…
Le passé finit par rejoindre le présent, ils se mêlent et s’entremêlent pour ouvrir à la lumière.

#letraindesenfants

Merci aux éditions Albin Michel pour cette réception

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s