Solitudes

Niko Tackian

Calmann levy

6 janvier 2021

Ressenti :

« Aussi épaisses soient les brumes qui les protègent,  certaines vérités ne peuvent être oubliées « 

Elie est un miraculé,  les synapses de son cerveau, ont effacés 12 ans de sa vie, de terribles secrets enfouis dans les limbes de son cortex.
Un force de la nature,  l’immensité blanche et rude comme amie, il en connaît chaque recoins, gouffres, pins, cairns, alors lorsqu’il trouve une femme pendue, dans un endroit quasi inaccessible. Il est le premier soupçonné.

Et pourtant une étincelle s’allume au fond de sa mémoire,  lorsqu’il voit gravé sur son dos « aletheia ».
Une etincelle de peur.

« La victime est un message à son intention. Il en est certain. Et il est terrifié « 

Un froid abyssal le parcourt, un froid métaphysique qui congèle de l’intérieur, le laissant pantelant aux questions sans réponse.

L’auteur met en scène un jeu de piste menacant,  une scène de crime surréaliste,  un soupçon de mysticisme.  Des personnages attachants, venus trouvés sur ces terres passées de chair et de sang, que la neige a recouvert de pureté,  une bouffée d’oxygène, une sérénité du corps et de l’âme.

Un roman d’atmosphère prenant, qui te glace le sang et remonte le fleuve du passé d’Elie.
Insoupçonnable,  malsain, inavouable.
Des chapitres courts sans temps morts, les actions s’enchaînent mais en même temps tu prends le temps de découvrir ces lieux , cette blancheur mystique, ou le temps s’est arrêté.  Son silence,  sa force s’imprègne en toi.  On affronte les bourrasques, on ploie, l’angoisse monte et fait froid dans le dos, on se trouve hors du temps confrontés aux éléments, la montagne immaculée.

J’ai adoré chaque personnages,  leurs fêlures,  blessures,  leur être fracassé, venus trouver l’apaisement du cœur et de l’âme.
J’ai regardé à travers les yeux de Jacques, cet aveugle, qui reconnaît le bleu du ciel, celui de la vie , de la force,  l’aura de la pureté mais aussi le bleu indigo qui te précipite vers la mort.

Le one shot le plus abouti en phase avec la montagne, le Vercors, j’ai été embarquée du début à la fin pas envie de quitter cette blancheur virginale, juste me fondre dans le décor, m’y perdre loin de la folie des hommes.

Magistral.

Allé mets toi au coin du feu et laisse toi embarquer par l’auteur

Merci aux éditions calmann Levy et à Adeline

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Merci pour ce partage,
    je m’installerai au coin du feu et je me laisserai embarquer par  » solitudes. » J’aime beaucoup Niko Tackian .
    bises

    J'aime

  2. Ton conseil est le bon, si on me cherche, je serai au coin du feu ! 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s