Le paradis des vauriens

Wendall Utroi

Le Livre de Poche

Septembre 2023

« La liberté ne révèle ses tresors que lorsqu’on l’enfant est privé »

Hugo 12 ans vit à Anzin, fils de père inconnu, une mère Lucia de petite vertue mais Hugo n’a jamais manqué de rien. Intelligent, premier de la classe, mais bagarreur et solitaire, les livres sont son exutoire, ses évasions. Kayla, 2 ans de plus que lui rentre dans sa vie. Gamine farouche, un beau-père ferrailleur, une mère décédée. Ces deux là sont nés pour se rencontrer,se jurent d’être là l’un pour l’autre et se retrouvent sur un terrain vague, leur « paradis des vauriens ». Liés par leurs meurtrissures, et leurs blessures.

Le nord de la France, « sans nom » erre de ville en ville
Fougueux, hargneux, un sac comme bagage.
Il fuit son passé, il n’a peur de rien, la rage et la violence l’habite et le consume. L’important pour ne pas souffrir est de ne pas s’attacher, refouler les émotions.
Fataliste, il porte sur ses épaules des souvenirs heureux qui ne reviendront plus, le coeur gros, l’âme noire, le chagrin qui l’assaille.

Un roman noir d’une violence qui t’écorche, met ton cœur à vif.
Wendall Utroi est un conteur d’histoire qui te raconte l’amour, qui te raconte la vie, et puis le noir quand les dès sont pipés, quand tu es mal nés, le combat est inégal, la noirceur chevillée au corps, dans ce monde hostile. Mais une petite lueur allume l’espoir, quand deux êtres fracassés ont des sentiments purs et illuminent le destin.
Malheureusement le passé a construit l’adulte, les cicatrices sont à vif, la tragédie…à venir. La vie ne laisse pas de répit aux écorchés élevés dans la brutalité. Coupable, il faut payer.

Un roman aux deux temporalités, une fresque societal, un roman intense aux personnages forts malgré la violence et leur dureté. On s’attache à la promesse d’un amour éternel.
Une écriture fluide qui t’emmène vers le chaos et te bouleverse, les chapitres courts intensifient l’urgence de la vie.
Hantée par ce roman qui te laisse ko, vidée de toutes substances. Une seule envie s’allonger sur l’herbe mouillé au paradis des vauriens.

« La peur de mourir empêche de vivre ne pas la connaître c’est se sentir vide »

Publicité

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Voilà qui est prometteur 🥰

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s