Le sortilège de Stellata

Daniela Raimondi

Pocket/slatkine

« Tout a commencé avec la Tsigane…un jour de l’an 1800.

Dans le cadre du #challengeauteuritalien j’avais envie de découvrir l’auteure et ce fut une magnifique découverte.
Intriguée par les tsiganes, la voyance, la malédiction, l’irrationnel.

Le sortilège de Stellata c’est la malédiction jetée par la tsigane le jour du mariage de Viollca (tsigane) et Giacomo Casadio (paysan), le mélange des sangs provoque la colère du clan Tsigane.
Mais l’amour est plus fort, Giacomo et Violca s’unissent. Leurs descendances auront les gênes de l’un ou de l’autre, les cheveux et yeux noirs, les cheveux blonds les yeux bleus, soit l’un ou l’autre mais pas les deux.

L’auteure nous emporte dans le tourbillon de la vie, traversant l’Histoire avec ses guerres, le lot de peurs, les tragédies, les suicides, la solitude mais aussi la transmission des racines, les croyances.

« Les rêves mèneront à la tragédie, les générations se succédant endurant suicide, folie, passions, coups d’éclats et coups du sort. »

2 siècles d’histoire, emportés Par le fleuve du destin et le sortilège de leur ancêtre, le malheur dans la lignée des descendants. Ils sont prédisposés aux rêves et au malheur.

« Le passé se répétait, c’était la sanction pour avoir mélangé leur sang de paysans avec du sang sauvage et étranger. »

Une malédiction qui scelle le destin de chacun, des personnages attachants, émouvants, les rêves n’ayant pas leur part pour ne pas être rattraper par la destinée.
Une saga familiale, un panel d’émotions des Hommes et des Femmes s’aimant, se déchirant, tombant dans la dépression mais surtout affrontant les épreuves de la vie, ENSEMBLE, le long du Pô entre Lombardie et Venetie.

Une Italie sous la guerre de Garibaldi, l’unité de celle-ci, les 2 guerres Mondiales, Mussolini, le chaos le terrorisme, l’exode rural, la pauvreté, l’émigration, les conditions féminines qui changent.

« La guerre ça sert seulement à rendre les Hommes plus avides, plus faux, et plus cruels. Ils l’ont inventé non pas pour suivre des idéaux, mais pour faire taire la peur de la mort et de la médiocrité « 

L’histoire romancée de la famille de l’auteure, une histoire riche, le poids des ancêtres sur les épaules des générations.
Un roman fluide, rythmé, mélancolique qui nous ensorcèle, nous lie à la Famiglia Casadio pour le meilleur et le pire. Des personnages travaillés , une ombre latente qui plane, menaçante, qui nous oppresse.

Mais faut-il s’accrocher à une malédiction et s’interdire à vivre ses rêves plutôt que de les vivre quoiqu’il en coûte ?
N’est il pas temps de vivre dans la quiétude, les petits bonheurs, se réjouir de la force secrète des rêves, le brouillard qui se lève, la lumière au bout du tunnel?

Un coup de cœur, une #lc partagée avec @nessa.booknlove @hilingrid @aufildesromans

Publicité

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Aude Bouquine dit :

    Que j’aime les sagas familiales ❤️

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s