MAMMA ROMA

Luca Di Fulvio

Slatkine et Cie

« Parfois, la douleur est tellement atroce qu’on a l’impression de mourir. Mais on ne peut vivre vraiment que si d’abord, on est un peu mort. »

#mammaroma

Si je ne devais retenir que le nom d’un auteur de ces 10 dernières années, ce serait le tien.
Dès la première rencontre j’ai su que tu deviendrais important et depuis chaque nouvelle rencontre est un battement de cœur, un battement d’ailes, un chant à la liberté, aux femmes, une mélodie qui frissonne, embrase, embrasse, ton humilité qui réchauffe, ton humanité qui brûle. Tu m’as dit que tes lecteurs te donnaient beaucoup mais toi tu donnes tout, avec fougue, générosité et grandiloquence.

🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹🇮🇹

Rome au cœur du roman, cette ville chère à ton cœur n’appartient pas encore à l’Italie, mais au Pape, une ville occupée par les troupes françaises.

Une galerie de personnages touchants, attachants et émouvants, d’autres que l’on aimerait serrer le cou de nos propres mains.

Une grande fresque romanesque historique qui te fracasse et te brise le cœur mais qui te donne, à l’instar de Nella, Piero, Marta, Mélo(une tendresse particulière pour ce bourru au grand coeur),une seconde chance encore faut il se battre, se débattre avec la fange pour rêver toujours plus haut, et ne pas se perdre en chemin, ne pas s’abandonner à la facilité.

1670 c’est l’Italie qui gronde, la révolte du peuple contre les royalistes, pour l’unification du pays.

De mars à septembre 1870, Luca nous embarque à travers les rues de Rome, côtoyer la misère, toucher la richesse. La vie ne fait pas de cadeau. Le Pape règne en souverain.
Des personnages aux destinées qui s’entrecroisent pour se retrouver dans le feu de la révolte, des caractères bien trempés, croiser des monstres de cruauté.

L’Italie, Rome, et ses excès, ses cris, sa puanteur, une déferlante de passions, forte en émotions.

Épique et tragique à la fois, emporté par le souffle de l’histoire, l’espoir est une force.

Luca c’est une plume poétique à la Victor Hugo!
Oui j’ose!!

Mais Luca c’est surtout sa plume, ses mots, son écriture lyrique qui t’emporte, autant dans la noirceur que dans la beauté.
Un virtuose des mots, un conteur né qui captive, dès les premières pages, ton attention.

Parce que Luca parle avec son coeur aimant, débordant,avec pudeur aussi.
J’ai une tendresse particulière pour Luca, cela ne s’explique pas c’est ainsi, mais je sais encore être objective pour te dire que

#mammaroma est un coup de ❤🇮🇹.

Tu peux foncer dès demain en librairie.

Merci aux éditions Slatkine et à Louis Bovet, pour tout.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Aude Bouquine dit :

    Je n’ai jamais lu cet auteur et pourtant j’ai ses deux premiers dans ma bibliothèque. Mais à chaque fois que je vois son sourire associé au tien lors des salons, je me dis que cette personé si sympathique mérite qu’on la lise 😉
    Je vais regarder ton IGTV spéciale auteure italiens. Bises

    J'aime

  2. J’ai adoré son « Le Soleil des rebelles ». Un grand auteur et une très belle rencontre pour toi. Il a l’air de donner tellement à ses lectrices/lecteurs. La photo de toi avec Luca fait vraiment plaisir à voir. Merci pour ce partage et ce retour dithyrambique 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Frédéric c’est vraiment gentil et oui il donne beaucoup à chacun il prend vraiment le temps de discuter, et d’écouter

      Aimé par 1 personne

  3. Merci Frédéric, il donne autant qu’il reçoit. Il est toujours très abordable et n’hésite pas à discuter. Une de mes plus belles rencontres d’auteurs 😊

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s