L’ile des âmes

Piergiogio Pulixi

Gallmeister

« Depuis plusieurs décennies, la Sardaigne est le théâtre de meurtres rituels sauvages. Enveloppés de silence, les corps de jeunes filles retrouvés sur les sites ancestraux de l’île n’ont jamais été réclamés. « 

Première enquête de Mara Rais et Eva Croce, l’une plutôt apprêtée et grande gueule l’autre plutôt taiseuse et metalleuse. Mutée toutes les deux aux affaires non classées un peu comme une punition…

Mara et Eva font face au sacrifice de Doors retrouvée sur un dite nuragique, frappée à mort  défigurée, un meurtre presque identique à deux affaires non résolues de 1975 et 1986.
Un duo qui évolue en même temps que l’enquête.

« Des cinq policiers affectés à l’enquête de Dolorès Murgia, je suis la seule encore en vie »

Ce livre c’est l’amour de la Sardaigne,  des paysages reculés entre forêt et montagnes, un personnage à part entière  ou tu es immergé dès les premières pages. Un personnage à la fois sensuelle, sensoriel, mais aussi dure et terrifiante. Une région de taiseux soumise à l’omerta.
Une région lumineuse,  mysterieuse, envoûtante mais encore sombre, mystique, au culte nuragique, un culte ancestral à la gloire de la déesse mère,  un rite barbare aux sacrifices humains.

Une lecture rythmée et intimiste, bien dosée.  La pression monte crescendo dans l’horreur et les révélations, de l’action et de l’émotion, un duo détonnant et attachant,  une enquête qui te serre le cœur.

« Toutes les affaires d’homicide ne sont pas identiques  certaines te collent à la peau pour toujours. Tu les portes en toi comme une cicatrice…elle deviennent une partie de toi »

Un dénouement qui m’a cloué mais tellement évident !

Piergiorgio Pulixi nous a écrit une lecture dense, riche, aux recherches poussées tant archéologique, anthropologique, nuragique, historique.

Un roman entre mysticisme et superstition,  au coeur de l’abîme de l’âme humaine.

Une atmosphère étouffante aux senteurs du sud, sous le soleil brûlant la peau, les secrets, la violence, la peur, le mode de vie de la communauté des Ladu archaïque, primitif, sauvage.

Une première partie qui pose les bases de l’intrigue, les personnages. Une deuxième partie qui te broie tellement les ténèbres t’ engloutissent,un sentiment accentué par les chapitres courts.

Une écriture subtile, recherchée, poussée, qui m’a retournée.

Une nouvelle ligne éditoriale des éditions gallmeister ouverte aux auteurs italiens réussie.

Un auteur à lire à suivre.

Un coup de cœur.

« Le mal qui n’est pas autorisé génère un mal nouveau dans une spirale infinie.

Je remercie les éditions gallmeister pour leur confiance

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. La couverture est très sympa, merci pour la découverte, ça donne envie ! Belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. La couverture est une merveille !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui complètement, en général les éditions Galllmeister ont de superbes couvertures

      Aimé par 1 personne

      1. Oui c’est une constante chez eux et c’est ce qui fait aussi que j’adore leurs livres.

        Aimé par 1 personne

  3. Merci de cette découverte, ce livre est maintenant dans ma liste des lectures à venir. Bonne journée

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s