Le mal épris

Bénédicte Soymier

Calmann-Lévy

Netgalley

Compliqué de lire le livre d’une instagrammeuse que je suis, Compliqué de rester d’être lectrice et « juge »…

A la lecture de ce livre tu es pris dans un engrenage infernal,  un malaise palpable, accentué par la plume, vive, acérée,  percutante de l’auteure.

Une histoire que tu devines dès les premières lignes, le personnage principal paraît tellement détraqué,  perturbé,  toxique.
Et tu sombres sans aucun espoir à l’horizon.
Le « mâle epris », Paul cet homme éconduit par sa voisine qui le faisait fanstasmer, va jeter son devolu sur sa collègue Angélique.
Paul cet homme si laid, maniaque, manipulateur, voit Angélique lui tomber dans les bras. Elle, la naïve qui croit en l’amour, qui en a assez d’être seule avec son petit garçon  qui a envie d’y croire encore, toujours. Elle, qui manque tellement de confiance.

Paul, qui a cette colère en lui, qui gronde depuis tout petit, qui a pris les coups de son père, ne veut surtout pas lui ressembler, et pourtant il ne peut lutter, elle l’envahit, le rend encore plus laid.
L’âme putride, qui rabaisse, humilie, cogne, la pauvre Angélique.

Un roman court, qui te bouscule, qui parle de la violence faite aux femmes.

Alors oui l’auteure a une écriture qui se lit dans l’urgence,  et pointe l’inhumanité et la nécessité pour le #malépris, d’asseoir son emprise.
J’ai tellement détesté Paul, mais je n’ai pas eu d’empathie pour Angélique, je n’ai pas compris son obsession à excuser, à  accepter ce jeu malsain, de manipulation/soumission,  la peur du vide.
Même si j’ai des blessures, même si j’ai été témoin innocent en  tant qu’enfant, je n’arrive pas à excuser Angélique de rester et…d’accepter.
L’adage vaut mieux être seule que mal accompagné prend ici toute sa vérité.
Et j’aurai largement préféré.

Bref, tout est dit dans ce livre, l’ai-je apprécié,  je ne sais pas, il m’est difficile de le dire. Alors à toi de t’en faire une idée.

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je pense comme toi.. surtout protéger les enfants, si précieux..
    Difficile lecture..

    J'aime

  2. Malheureusement dans ces situations, les choses ne sont jamais soit noires ou blanches… Il y a beaucoup de nuances dans les relations toxiques et j’ai été aussi bien victime enfant, qu’adulte et sincèrement, il faut être très forte pour se sortir de ces relations. Je comprends tellement ce que tu dis quand tu évoque l’incompréhension par rapport à Angélique, mais Bénédicte arrive très bien à décrire ses interrogations et ses failles. Le cheminement est parfois long, mais il se fait et c’est cette force là qu’il faut retenir… 😉

    J'aime

  3. Je comprends et je me répète parce que je me suis faite « alpaguer  » sur insta et même pas par Bénédicte.
    Je ne dis pas que c’est un mauvais livre au contraire et Bénédicte a réussi à ressortir la psychologie des personnages, elle a une écriture acérée, juste. Maintenant perso on va dire que j’ai un caractère fort et que je fuis ce genre de personne toxique 😘

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s