Loup y es tu?

M.J.ARLIDGE

Les Escales

Février 2021

loupyestu

8eme de la série Helen Grace
2eme opus pour moi
Lire les précédents est prévu, il faut juste que je me dégage du temps.

Dans ce 8eme , on retrouve Grace et sa brigade confrontés à un meurtrier démoniaque laissant ses victimes se vider de leur sang, accrochées tête en bas à un arbre le corps criblés de flèches.
Un meurtrier sadique, dénué d’empathie laissant ses victimes agonisées lentement.
Des victimes qui avaient décidé de camper avant de se retrouver quasi nues, désorientées en pleine forêt. Un meurtrier retors, invisible.
L’enquête part dans tous les sens, Helen Grace et son équipe se retrouvent acculées sur des voies sans issues, de fausses pistes en rebondissements on va suivre l’équipe toujours aussi soudée à vive allure derrière le bolide de Grace. Les pages se tournent en nous dévoilant l’horreur, les manquements de certaines administrations qui privilègie leur réputation plutôt que l’humain.
Une enquête qui va crescendo à 180 km/h pour te laisser anéantie à la fin.


Jusqu’où l’être humain est il prêt à aller dans l’horreur, être celui qui juge, qui sonne la sentence?


On s’immisce dans les coins sombres de l’âme humaine c’est glaçant en même temps je pourrai peut être comprendre si la folie s’emparait de moi !


Grace, Charlie, Simmons des femmes attachantes, qui se debattent avec leur démons au détour de chaque virage de la vie, les épreuves qu’il faut surmonter, être soudées parce qu’il faut continuer.


Un livre lu #unenuitunjour, tellement addictif, je voulais savoir la fin, captivée par l’enquête menée tambour battant sans fausses notes, une atmosphère angoissante accentuée par la forêt, ses arbres, sa végétation.
Un roman étouffant, inquiétant, déstabilisant sans aucun repères, la nature annihilant l’instinct, l’intuition, des citadins que nous sommes.

J’adore Helen Grace ce personnage Badass, torturée, mais pugnace, qui ne lâche rien, qui poursuit son chemin à vive allure sur sa moto sans se retourner…quoique…

« Les derniers mois avaient été sombres et difficiles, éprouvants, mais enfin le soleil revenait et avec lui la promesse d’un avenir radieux. Un rappel opportun qu’au milieu de la mort et de la souffrance , il y a toujours la vie »

Alors tenté(e)?

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s