Et toujours les forets

Sandrine Collette

Livre de poche


Un roman intense et noir qui démarre avec l’enfance de pleurs et de douleurs de Corentin. Lui le mal-aimé,  le non-desiré, balloté de droite à gauche par sa mère comme un boulet que l’on traîne, qu' »elle » abandonne chez son arrière grand-mère Augustine. Rude, rêche mais qui l’aime d’un amour pudique, bienveillant, un lien indéfectible entre ces deux là.

Et puis une vague de feu déferle sur la terre, détruisant tout sur son passage.
L’humanité n’est plus, il ne reste que les yeux pour pleurer, et quelques rescapés qui étaient sous terre.
Le chaos règne,  la terre n’est qu’un amas de chair et de cendre, l’air se raréfie, la terre ravagée se consume, désertée de toutes lumières, une terre en monochrome, la brume, le ciel, la terre.

Gris, gris de cendre, gris ardoise, gris perle, gris souris, gris anthracite.
Gris couleur de cette nouvelle vie, sans espoir, la nature devenue hostile.

Corentin se sent oppressé, une seule envie l’obsède dans ce paysage de fin du monde, retrouver Augustine. Quitter la ville pour se fondre dans cette nature qui s’est absoud de toute osmose avec l’humanité qui l’a si souvent malmenée.

Corentin, un personnage attachant qui te prend aux tripes, accompagné dans son cheminement par « l’aveugle » ce chien errant rescapé,  son fidèle compagnon,  nécessaire pour ne pas sombrer dans la folie, mais s’accrocher,  combattre, survivre. Un combat vers la résilience pour la paix de l’âme.

La civilisation est morte, l’homme est né pour détruire, s’accaparer ce qui ne lui appartient pas. Englué dans son égoïsmeil est abandonné,  se heurtant au silence de ses propres peurs, chavirant dans le bruissement des bois obscurs.

Sandrine Collette a écrit « une fable de fin du monde » un roman apocalyptique glaçant,  d’une écriture poétique noire et intense, des mots percutants, un roman bouleversant de tristesse.

7 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Aude Bouquine dit :

    Qu’est ce que j’ai aimé ce roman ❤️

    J'aime

  2. Je viens juste de le terminer ! J’ai beaucoup aimé…

    J'aime

  3. J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre de Sandrine Collette. merci pour tes mots si justes sur « et toujours les forêts »,
    bises

    J'aime

  4. Ton retour est fort joli ! J’ai trouvé ce livre absolument sublime et je pèse mes mots ! quel talent Sandrine Colette quand même. Beau dimanche à toi 😊

    J'aime

  5. Oui elle a un énorme talent pour le noir, sans espoir

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s