La maison des voix

Donato Carrisi

Calmann Levy

5 novembre 2020

lamaisondesvoix

Pietro Gerber, psy pour enfant pratique l’hypnose afin d’établir la maltraitance subie par ses jeunes patients.
Une patiente adulte Hanna Hall lui est envoyée par une collègue. Une patiente dont les reminiscences d’un passé oublié l’empêche d’avancer.
Intrigué Pietro accepte.

« Personne ne veut vraiment écouter ce que les enfants ont à dire »

Une patiente qui peu à peu s’immisce dans la vie du psy, jusqu’à le déstabiliser, lui faire perdre pied, et l’obliger à se souvenir de son enfance.
Une plongée dans la psyché que Donato maitrise à merveille. Un travail de recherche poussé sur la mémoire celle que l’on s’est construite, que l’on a déformée, pour oublier le traumatisme.
Une mémoire qui fait l’adulte de demain ancrée dans les racines de l’enfance.
Difficile de parfois distinguer le vrai du faux, de déterrer les secrets enfouis, entrevoir la vérité au delà du mensonge. Encore faut il être prêt, accepter.
Difficile de décoller de ce livre qui m’a tenu en haleine toute la nuit, qui m’a hanté jusqu’à entendre des bruits, des voix qui se sont immiscés dans mon subconscient. Folie? Non juste l’obsession de découvrir une réalité terrifiante.
Nous sommes presque dans un « huis clos » entre « l’endormeur d’enfants  » et Hanna, à la frontière de l’intime. Des révélations qui se veulent crescendo. Donato Carrisi prend un malin plaisir à nous faire perdre la raison dans les méandres du cerveau.

Quand Donato m’emporte dans un thriller psychologique, je suis en hypnose totale !
J’en ai perdu mes croyances, j’ai pris des chemins de traverses, il m’a fait douter, ouvert les fêlures d’un passé que l’on aimerait parfois oublier.

Des chapitres courts à un rythme soutenu, cadencé, qui délitent avec parcimonie les nœuds de l’intrigue jusqu’au final maîtrisé avec grandeur.

J’ai aimé ? ! Suis je objective?!
Complètement, encore plus exigeante avec un auteur que j’apprécie énormément.
Alors click and colleckt et découvre le tout nouveau Donato Carrisi.

Une cotta per me❤

Merci aux éditions Calmann Levy pour cette réception. Merci Adeline.

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’adore cet auteur ! je le lirais, merci pour cette jolie chronique 🙂

    J'aime

  2. Aude Bouquine dit :

    Je ne l’avais pas lu depuis des années et vraiment celui-là est génial! Tu es totalement embarquée dès les premières pages. ❤️

    Aimé par 1 personne

    1. Oui dès le début, j’adore son écriture, son jeu psychologique à nous coincée dans cette histoire, nous immiscée entre le psy et sa patiente un peu comme un 3eme personnage qui regarde par le trou de la serrure. Et ce sentiment angoissant traumatique de l’enfance qui nous construit et des souvenirs tronquées qui nous ont fait grandir, d’autres que l’on a voulu effacer(je ne sais pas si je suis claire🙈)

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s