L’ossuaire

Fionna Cummins

Slatkine et Compagnie

Résumé :

Cela fait cent jours que la petite Clara Foyle, cinq ans, a été enlevée sur le chemin de l’école. Clara est atteinte d’ectrodactylie, une maladie également appelée syndrome des mains en » pince de crabe « . Le principal suspect, Brian Howley, surnommé » Le boucher de Bromley « , est toujours en fuite, après avoir échappé à la surveillance de la police.

Jakey Frith, six ans, a aussi été la victime de Howley. Lui souffre du terrible syndrome de » l’homme de pierre » : une maladie génétique responsable du dédoublement de ses cartilages. Il a été secouru dans la maison des Howley quelques instants seulement avant que celle-ci ne soit détruite par un incendie. Hélas, malgré la tenacité de l’inspectrice Ella Fitzroy, Clara Foyle demeure introuvable. Une terrible chasse à l’homme commence.

Avec son style au scalpel, Fiona Cummins dissèque l’âme du psychopathe, nous plonge dans l’attente des familles et questionne nos responsabilités.

Ressenti : Dans le précédent #lecollectionneur , on a quitté Jakey retrouvé, Clara disparue toujours introuvable, Howley en fuite. Fitzroy tenace face à l’horloge qui tourne.⠀
Des parents perdus, désespérés face à la maladie, l’absence, la mort, le glissement vers l’alcoolisme, la folie pour oublier.⠀
On ressent la souffrance c’est lourd, pesant,oppressant.⠀

Fionna Cummins joue sur nos sentiments de parents, touche la corde sensible. Un collectionneur innommable des émotions qui prennent aux tripes, bouleversent. ⠀
Une ambiance poisseuse, sombre, glauque qui s’immisce dans nos pores, quand une faible lueur d’espoir se profile elle s’éteint dès que l’on s’en approche.⠀
Pas d’éffusion de sang, l’auteure laisse notre imagination prendre le dessus, et c’est sordide. ⠀
Howley a soif de vengeance, de reconstruction, de filiation, une manipulation psychologique, macabre. Un être froid, obsessionnel, il veut sa collection d’ossements humains des squelettes d’enfants présentant des malformations , des enfants qu’il faut trouver et…mettre à nu. Des enfants vivants enfin…avant. Pétrifiant quand l’imagination fait son chemin, quand le couteau à désosser devient une nécessité pour accomplir son œuvre. ⠀

Tu auras compris ce livre va remuer ton coeur de parents…⠀
lis le, cette duologie est totalement glauque, lugubre et je peux me tromper mais la fin ouverte annonce une trilogie. ⠀

Pour finir 3 mots ⠀

Efficace, réaliste, glaçant

Merci aux éditions Slatkine pour cette réception

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s