Retour à Birkenhau

Ginette Kolinka

Livre de poche

Résumé :

« Moi-même je le raconte, je le vois, et je me dis c’est pas possible d’avoir survécu… »

Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit-frère de douze ans et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Auschwitz-Birkenau : elle sera seule à en revenir, après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt. Dans ce convoi du printemps 1944 se trouvaient deux jeunes filles dont elle devint amie, plus tard : Simone Veil et Marceline Rosenberg, pas encore Loridan – Ivens.
Aujourd’hui, à son tour, Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps d’extermination. Ce à quoi elle a survécu. Les coups, la faim, le froid. La haine. Les mots. Le corps et la nudité. Les toilettes de ciment et de terre battue. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva. Que tous, nous sachions, non pas tout de ce qui fut à Birkenau, mais assez pour ne jamais oublier ; pour ne pas cesser d’y croire, même si Ginette Kolinka, à presque 94 ans, raconte en fermant les yeux et se demande encore et encore comment elle a pu survivre à « ça »…

Ressenti :

« c’est la haine qui a fait ça, la haine à l’état pur. » ⠀

Un livre court, autobiographique, plein de pudeur. Un témoignage 75 ans après avoir été déportée à Birkenhau.⠀
75 ans pour en parler, exorciser un pan de son histoire.⠀
Ce n’est pas le premier témoignage sur les camps, la guerre et pourtant il m’a pris « au tripes » par ces mots, sa candeur, des mots crus, durs, percutants sans fioriture, la culpabilité d’avoir « envoyé son père, son frère » se faire gazer.⠀
Oui Ginette Kolinka en est revenue mais toujours un peu là bas, l’âme en berne. Des vies sacrifiées, comment continuer ?⠀
Ginette Kolinka nous livre son Histoire avec une émotion à vif, les sentiments décuplés, comment raconter l’inimaginable, innommable.⠀
Comment raconter cette histoire unique et identique à chacun des millions de juifs disparus sans humanité.⠀
Des Hommes dépouillés de tous effets personnels, mis à nu, rougissant de honte, tatoués, parqués comme des bêtes.⠀
Ginette Kolinka nous raconte la faim, les coups, le froid, la haine mais aussi la fraternité, l’espoir et la rencontre avec Simone Veil.⠀
Une femme poignante, touchante d’humilité. ⠀
Un témoignage essentiel à relayer, transmettre⠀
Un devoir de mémoire quand ceux qui en sont revenus, ne seront plus.⠀ Pour ne pas oublier, ne pas les oublier, ne pas faire les même erreurs par peur… De la différence.⠀
Et comment ne pas être ébranlés, touchés lorsque pour son premier retour à Birkenau elle s’aperçoit que l’on a construit sur une partie du camps, que l’on se permet tout sourire de se prendre en selfie et de faire son jogging sur le champs du bâtiments où son frère et son père comme tant d’autres on était gazés, comment ne pas ressentir son horreur, sa peine, et sa tristesse des lieux profanés où la douleur, les cris vous assaillent encore.⠀

« on y marche toujours sur des morts »⠀

Effroyable de vérité !⠀
Comment imaginer derrière le sourire de ce petit bout de femme, un passé terrifiant, un fardeau qu’elle porte toujours, encore 75 ans après !⠀

Merci à William du Livre de poche pour cette réception

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ce sont des lectures indispensables !

    J'aime

  2. Oh oui à relayer. Touchante dans ses émotions brutes, émouvante

    J'aime

  3. J’avais noté ça dans ma liste d’achats !!!

    J'aime

  4. Un livre nécessaire à avoir, à lire, à transmettre

    J'aime

  5. Je l’avais mis dans ma PAL. Très important de lire ces témoignages et d’en parler aux plus jeunes pour les sensibiliser, leur montrer ce dont l’homme est capable lorsqu’il est guidé par des fous furieux..

    J'aime

  6. Usva K. dit :

    Chaque témoignage est précieux pour toute l’humanité. Quand j’entends certaines remarques sur cette période du type « On en parle encore de ça ? », « C’est bon, on a déjà tout dit », je réalise qu’ils sont encore plus nécessaires face au manque d’empathie, à la résurgence de l’antisémitisme et du révisionnisme.

    Aimé par 1 personne

  7. Je suis complètement d’accord, on n’en parlera jamais assez, et encore certains profs encore en exercice on connu un grand père ou arrière grand père revenu ou pas, mais après que restera t il?

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s