Le goût du rouge à lèvres de ma mère

Gabrielle Massat

Editions LATTES LE MASQUE

Netgalley

Résumé :

Côte ouest américaine, années 1990.Cyrus Colfer a quinze ans quand il allume sa première cigarette.
Sa mère, ancienne prostituée devenue proxénète, lui a pourtant toujours formellement interdit de fumer. Un peu de cendre tombe sur le carrelage, il frissonne en imaginant sa réaction quand elle rentrera à la maison. Mais sa mère est déjà là. Allongée sur le sol, en jupe trop courte, comme d’habitude. Le corps lardé de vingt-huit coups de couteau. 
Dix ans plus tard, Cyrus Colfer n’a pas perdu le goût de fumer. Et il est prêt à retrouver l’assassin de sa mère. À un détail près  : il est devenu aveugle. 

Ressenti :

Il est des livres qui ont subi la crise du covid et qui font partie de ces dommages collatéraux, ce livre en est un et il serait injuste de passer à côté.

« ma première cigarette avait le parfum des intestins qui se vident, et le goût du rouge à lèvres de ma mère »

1990, Cyrus, 15 ans fume sa première cigarette, assis à côté du cadavre de sa mère, assassinée.
Sa mère Amy, proxo impitoyable , faisait partie du milieu de la pègre de San Francisco.
13 ans plus tard Cyrus devenu aveugle, accompagné de son chien Angus et de sa canne, veut retrouver sa place au sein de « la famille » et se mettre en quête de la vérité sur le meurtre d’ Amy.
Lui, l’handicapé, l’aveugle va remuer la fange, ce qui ne va pas plaire à la pègre, va devenir « un canari » pour la police, va se perdre dans les effluves de clope, de coups, de sang.
Cyrus Colfer un anti-heros à l’humour décapant, énervant, méprisant mais oh combien attachant.
Un roman noir détonnant, dans les bas fond de la pègre américaine, la prostitution.
Un parfum sulfureux, vorace, explosif.
Un parfum de vengeance.
Si tu pensais goûter le goût suave du rouge à lèvres, te perdre dans les effluves du parfum vaporeux des femmes, c’est raté ! Pas de saveurs douces et sucrées, non dès la première ligne ta bouche se remplie du goût ferreux du sang, l’image du crime violent d’Amy te colle à la rétine, te fait monter la bile, te lève le cœur. Tu es captivée du début à la fin, tu te prends la violence du milieu en pleine face, tu pares les coups, ça fait mal mais tu avances avec Cyrus pour démêler les nœuds de l’intrigue.
Ce livre ce sont des bouffées d’air vicié, la mort, le sang, les corps suants, le sexe.
L’auteure a un style direct, cinglant, caustique,la chair à vif. Le texte est tranchant, suffocant. Une intrigue rythmée, des rebondissements qui te happent et une fin qui m’a laissé un goût amer tellement elle est abominable, dans mon esprit, impensable. Mais ce monde est tellement tordu…

Tu l’auras compris, file en librairie, achète ce livre vraiment.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s