L’essence du mal

Luca d’andrea

FOLIO

Resumé : En 1985, dans les montagnes hostiles du Tyrol du Sud, trois jeunes gens sont retrouvés morts dans la forêt de Bletterbach. Ils ont été littéralement broyés pendant une tempête, leurs corps tellement mutilés que la police n’a pu déterminer à l’époque si le massacre était l’oeuvre d’un humain ou d’un animal. Cette forêt est depuis la nuit des temps le théâtre de terribles histoires, transmises de génération en génération. Trente ans plus tard, Jeremiah Salinger, réalisateur américain de documentaires marié à une femme de la région, entend parler de ce drame et décide de partir à la recherche de la vérité. A Siebenhoch, petite ville des Dolomites où le couple s’est installé, les habitants font tout – parfois de manière menaçante – pour qu’il renonce à son enquête. Comme si, à Bletterbach, une force meurtrière qu’on pensait disparue s’était réveillée.

Ressenti :

Une bonne pioche pour moi les auteurs italiens. Une écriture qui m’accroche, des histoires qui me hantent.⠀

« je plongeai dans les ténèbres qui dévorent les mondes. Je me retrouvai à la dérive dans l’espace profond. Une unique, immense nuit sans fin d’une blancheur spectrale »

7 lettres « mystère »
8 lettres « massacre »
9 lettres « obsession »⠀

En immersion à la recherche de la vérité sur les sentiers du « Bletterbach », 30 ans plus tôt un massacre de 3 jeunes du village de Siebenhoch a eu lieu, démembrés, l’affaire a vite été classée, il ne faut pas réveiller les morts, au risque de s’y perdre, d’être au bord de la folie, transi de froid, enseveli par la neige, être atteint par « le cri de la bête » le mythe du Permanien.⠀

Dans le Haut Adige au pied des Dolomites Salinger, americain, cinéaste de documentaires, marié à une fille de Siebenhoch va déterrer un passé que personne ne souhaite raviver, un village de taiseux, des secrets enfouis, des vies brisés, une omerta délibérée pour se protéger. Au creux de la montagne, l’essence du mal prend racine. Un huis clos au cœur des dolomites, des paysages grandioses, la montagne qui donne et reprend à la fois belle et hostile. « la bête » omniprésente et fascinante.⠀

Je me suis baladée, perdue dans la forêt du Bletterbach, ses contes et légendes, ses us et coutumes , broyée par les événements et les éléments. Je me suis attachée aux personnages brisés, à la vie dans ce lieu reculé. Un polar machiavélique, une puissance diabolique, la peur viscérale au ventre dans cette atmosphère anxiogène et surréaliste, la montagne oppressante, et envoûtante.⠀

J’ai totalement adhéré à ce style, cette écriture fluide et éfficace, une montée en puissance de la tension angoissante qui te fait fermer les yeux mais continuer malgré la peur parce que tu n’as qu’une envie c’est de savoir. Un récit bien construit entre fausses pistes et rebondissements. Un livre totalement visuel et sensoriel à couper le souffle. Un dénouement redoutablement surprenant.⠀
11 lettres #coupdecoeur

Le deuxième de l’auteur m’attend …

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bibliofeel dit :

    Bien tentant ce polar 😄

    Aimé par 1 personne

  2. Je rejoins le commentaire précédent, c’est très tentant ! Je te souhaite un excellent weekend 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Oui il l’est 😊 bon week-end à toi Frédéric 😘

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s