Les prisonniers de la liberté

Luca Di Fulvio

Slatkine et cie

2019

Résumé : 1913, trois jeunes gens embarquent pour l’Argentine. La rebelle Rosetta fuit son village italien. A la mort de ses parents, harcelée, elle n’a eu d’autre choix que d’abandonner sa ferme. Rocco, fier et fougueux jeune homme, laisse derrière lui sa Sicile natale. Il refuse de se soumettre à la Mafia locale. Raechel, petite juive russe, a vu sa famille décimée dans un pogrom. Elle n’emporte avec elle que le souvenir de son père. Le nouveau monde les réunira.

Ressenti : Un roman choral ou chaque personnage suit un chemin semé d’embûches, la force de leurs espoirs les maintient. 3 personnages forts Raequel, petite fille juive de Sorochyintsi, Rosetta jeune italienne déshonorée d’Alcamo et Rocco qui refuse de se soumettre à la mafia sicilienne . Tous les trois pour des raisons différentes fuient leur pays pour l’Argentine pour échapper à la fatalité. Buenos Aires, le Nouveau Monde, une ville qui te broie malgré sa splendeur, arrache l’innocence et brise le cœur. Dans « El infierno » de cette ville nos 3 jeunes gens vont se rencontrer, se perdre, se retrouver. Les fantômes du passé hantent leur présent. Je ne vais pas te raconter l’histoire, ce que je peux juste te dire c’est que lire Luca Di Fulvio c’est lire une grande fresque épique et tragique mais aussi pleine d’espoir. Il insuffle un vent de liberté, des choix, d’amour et de vie. Je me meurs pour ces écrits. Des écrits flamboyants qui te transportent le cœur, captivent et fracassent. L’auteur a cette verve poétique, ce lyrisme touchant qui te monte les larmes. Un livre qui pointe l’horreur des conditions des filles arrachées à leur famille, pour assouvir la lubricité des hommes, des femmes que l’on met sur le marché de la prostitution. Des enfants enrôlés dans des guerres de territoires, de la chair à canon. Buenos aires une ville où famine, prostitution et mafia sévissent.⠀
Un livre qui résonne en chaque femme. Luca est indubitablement féministe inexorablement humaniste, il réveille en moi des émotions exacerbées entre la rage, l’espoir et la colère.⠀

« Tout être humain a le devoir plus encore que le droit, d’écrire son propre destin »⠀

On danse on rit on pleure sous la plume de Luca, une écriture noire, rythmée et endiablée. Un talent grandiloquent, une puissance des mots. En immersion dès les premières pages, le goût du sang dans la bouche, des scènes violentes au bord de l’insoutenable, aucun personnage n’est épargné, la peur au ventre, le cœur en berne. Mais la vie, les rêves plus que tout, résister, ne pas ployer l’échine. Luca t’envoûte, ses mots suspendus dans l’air comme des étoiles qui te guident.
Un roman noir et lumineux, l’espoir et l’amour comme seul échappatoire, emportée par la fluidité, et le réalisme du roman de @lucadifulvio_, une ode, un chant, un souffle de liberté. Comment te dire que ce roman est à lire nécessairement et que les personnages sont tatoués sur ma peau. J’aime Luca Di Fulvio !

 » les femmes avaient commencé à employer des termes dangereux comme justice et liberté, des mots qui sonnaient trés bien dans la bouche des hommes mais pas dans celle des femmes. Car chez elles ces mots pouvaient en sous-entendre un autre bien plus scandaleux qui était égalité. »

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bibliofeel dit :

    J’aime le titre « Les prisonniers de la liberté » et aussi ta chronique dont je trouve l’enthousiasme communicatif. Merci et belle journée !

    Aimé par 1 personne

  2. Titre et couverture magnifique et un auteur que j’apprécie beaucoup ! je n’ai pas encore lu celui-ci. Merci pour ce beau retour 😊

    J'aime

  3. J’adore l’auteur, ce conteur d’histoire, j’adore l’homme, d’une grande humilité.

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s