Trois heures du matin

Gianrico Carofiglio

Slatkine et Compagnie

5 mars 2020

Résumé : Antonio est un étudiant solitaire. Son père, un brillant mathématicien. Leur relation n’a jamais été simple. Au début des années 1980, par un après-midi de juin, ils atterrissent à Marseille. Par un malheureux concours de circonstances, ils vont y passer deux jours et deux nuits sans sommeil.
Pour la première fois, les deux hommes doivent apprendre à se connaître. Une quête complexe, à l’ombre de la figure maternelle, magnifique mais insaisissable.
Leur chemin, sinueux, parfois joyeux, traverse un Marseille hallucinatoire, des bords de mer spectaculaires et des recoins peuplés de créatures nocturnes. Un voyage aventureux et déchirant.
Dans une langue précise, capable de saisir les nuances les plus subtiles, Gianrico Carofoglio livre une histoire inoubliable sur le passage du temps, les illusions et les regrets, sur l’amour.

Ressenti : Marseille, ville lumineuse et sombre, son tout et son contraire, ville magique dont je ne suis pas insensible et quel bonheur de la découvrir sous la plume de Gianrico Carofiglio, décidément les auteurs italiens de cette maison d’édition sont de vrais poètes.⠀
Ici Antonio se remémore ses souvenirs, ses 18 ans, ces 48 heures intimistes, passées avec son père, à déambuler dans les rues de Marseille, la nuit rester éveillé pour combler le temps perdu, le fil qui s’est distandu à la séparation de ses parents.. Une balade mélancolique et poétique qui éveille les mots, les sentiments, l’amour filial. Une écriture tout en délicatesse dans la beauté des rues de Massilia, ses sons, ses odeurs enivrantes. Le temps les unit, les confidences se font feutrées à chaque pas chancelant dans ses ruelles où le père devouvre le fils, où le fils apprend du père.⠀
Un bouleversant roman d’apprentissage, un chemin déchirant de douleurs et d’amour. Une histoire sur le temps qui passe, les illusions perdues, les regrets. La peur d’une vie qui s’achève, celle d’une vie à construire.⠀
On lit ce livre comme l’on écoute du Jazz avec douceur et nostalgie, on se laisse bercer par la poésie du moment, de l’instant, une balade intimiste d’une transmission d’un père à son fils.

Merci à Marion des éditions Slatkine et cie

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s