L'archipel des larmes

Camilla Grebe

CALMANN LEVY

Résumé :

Une nuit de février 1944 à Stockholm, une prostituée est retrouvée morte, clouée au sol, par Elsie, l’une des premières femmes à être entrée dans la police suédoise. Trente ans plus tard, une autre femme est assassinée dans la même banlieue endormie. La mise en scène est identique – le viol, le cadavre, les clous. Britt Marie tente de mener l’enquête en dépit des difficultés qu’elle rencontre dans un milieu d’hommes. Malgré cela, le meurtrier récidive dans les années 80 et c’est Hanne en tant que profileuse, qui va participer à la chasse à l’homme. Lorsque, de nos jours, une nouvelle victime similaire est découverte sous un parking en cours de démolition, l’affaire est confiée à Malin, jeune policière de Stockholm bien décidée à ce que la série de meurtres s’achève là. Mais pour toutes ces femmes flics liées par ce terrible tueur en série, les conséquences de cette traque pourraient s’avérer dévastatrices.

Ressenti :

  « Elle se change en ombre et disparaît à jamais »

Camilla Grebe est pour moi la plus talentueuse des auteures du froid. Elle accroche notre curiosité dès les premières lignes sans plus nous lâcher. Ici elle nous conte l’histoire de « l’assassin des bas-fonds », une histoire qui traverse les années de 1944 à nos jours, une histoire de femme, de Femmes qui ont choisi un métier d’homme, des femmes qui ont gagné leur place, leurs galons à force de ténacité et de bataille. Même de nos jours la mise en pratique n’est pas complètement gagnée. ⠀

« Tout événement a des conséquences et toutes fin est le début d’une nouvelle histoire. »

Elsie, Britt-Marie, Hanne, Malin enquêtent chacune selon l’époque, selon leur moyen sur ce criminel qui semble traverser les années. ⠀
Un livre résolument féminin, féministe, sans être moralisateur.⠀
L’auteure nous malmène, l’archipel des larmes est un livre angoissant, effrayant et totalement monstrueux. Une intrigue ficelée autour de ces crimes de femmes que l’on clouent au sol, que l’on martyrisent, que l’on tuent. Des meurtres qui donnent la sensation de remettre ses femmes à leur place. Une intrigue au cordeau, une maîtrise sur les conditions des femmes essentielles, une fluidité dans l’espace temps. Je me suis fait totalement crucifier de n’avoir rien vu venir. Une fin dévastatrice.
Une auteure à connaître, une auteure à lire.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s