Les enfants perdus de St Margareth

Emily Gunnis

Préludes

Résumé :

Des lettres bouleversantes.
Une jeune femme enfermée.
Un mystère à résoudre.

1956. Ivy Jenkins s’apprête à donner naissance à son premier enfant. Mais la société puritaine britannique des années 1950 ne lui permettra pas de profiter de ce bonheur. Abandonnée par son amant, répudiée par sa famille, elle est internée de force à St. Margaret, un couvent pour mères célibataires. Très rapidement, l’institution la sépare de son bébé. 2017. Samantha Harper, une jeune journaliste, tombe sur des lettres déchirantes qui révèlent les terribles conditions de détention d’Ivy Jenkins à St. Margaret. Au fil de ses recherches, elle découvre une série de morts suspectes. Alors que le couvent est sur le point d’être démoli, il ne lui reste plus que quelques heures pour faire éclater la vérité. Avant qu’elle ne soit ensevelie à jamais…

Ressenti :

1956 Ivy, jeune femme enfermée à St Margareth écrit une lettre à Elvira, 8ans, pour l’aider à s’échapper de cette institution.

« Ivy ouvrit la fenêtre grâce à l’une des clés de sœur Angelica. Elle baissa les yeux vers le sol si lointain et elle imagina Elvira en train de fuir dans les tunnels pour disparaître dans la nuit. Au moment où sœur Faith allait l’atteindre, elle déploya les bras et sauta.« 


2017, Sam journaliste freelance vit chez sa grand mère Nana avec sa petite fille.
Un soir où elle rentre tard, elle trouve sa grand mère endormie une lettre à la main…

Une lettre d’Ivy


Une lettre qui la touche et qui attise sa curiosité. Elle engage des recherches sur Saint Margareth un établissement catholique, qui recevait des jeunes filles enceintes envoyées par leur famille pour laver leur péchés.


Ces instituts sont l’enfer sur terre!!!
Les pages s’enchaînent pour nous faire découvrir ces instituts, la souffrance d’Ivy, l’avenir d’Elvira…
Un univers sombre qui pointe les heures noires de l’église catholique en Irlande, en Angleterre.

Nous sommes tous coupables du bien que nous n’avons pas fait.


Un roman noir oppressant basé sur des faits réels qui nous plonge dans un système qui a fermé les yeux sur des agissements horribles, loin du don de soi, de la charité et du pardon.
Des jeunes femmes prisonnières, marquées à vie, certaines disparues, leur enfants arrachés pour être adoptés où retenus enfermés.
Un récit sur plusieurs temporalités, celle de Sam, d’Ivy, d’Elvira.
On s’attache, on subit le calvaire de ces jeunes femmes, on sent leur détermination à résister, puis leur acceptation et finalement l’abandon du »combat ».
Une vie de souffrance, de punitions, sévices.. Mourir devient une évidence, une libération..
L’auteure a su nous livrer un thriller à l’intrigue palpitante, poignante. Un livre bouleversant de tristesse, , une lecture captivante pleine d’émotions devant le martyre de ces jeunes femmes, un roman suffocant de réalisme.
une émotion à fleur de peau à la lecture de ce récit d’une cruauté sans nom.
Et puis l’horreur, l’abomination quand les secrets furent mis à jour. L’urgence pour que la vérité éclate sur ces jeunes filles, ces enfants adoptés, disparus…

« La plupart d’entre eux pleuraient constamment, certains y avaient renoncé, sachant déjà au fond de leur petit cœur que personne ne viendrait »

Une #lc addictive, éprouvante avec @calyenol@unesourisetdeslivres .

Merci aux éditions préludes pour cette réception

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s