Victime 2117

JUSSI ADLER OLSEN

Albin Michel

Sortie le 2/01/2020

Résumé :

Le journal en parle comme de la « victime 2117 » : une réfugiée qui, comme les deux mille cent seize autres qui l’ont précédée cette année, a péri en Méditerranée dans sa tentative désespérée de rejoindre l’Europe.
Mais pour Assad, qui oeuvre dans l’ombre du Département V de Copenhague depuis dix ans, cette mort est loin d’être anonyme. Elle le relie à son passé et fait resurgir de douloureux souvenirs.
Il est temps pour lui d’en finir avec les secrets et de révéler à Carl Mørck et à son équipe d’où il vient et qui il est. Au risque d’entraîner le Département V dans l’oeil du cyclone.

Qui est Assad ? Victime 2117 est la réponse. Cette enquête est son histoire.

Ressenti :



8eme opus du département V. JAO un auteur dont je ne rate jamais la sortie.⠀
Heureuse de retrouver l’équipe, enfin le passé d’Assad dévoilé.⠀

Un poème en prologue d’un migrant irakien qui met dans l’ambiance sinistre, funèbre, plein d’émotions.⠀

Sur une plage de Chypre le corps d’une 2117 ème victime  est repêché. Une 2117,réfugiée, morte dans les eaux de la méditerranée. ⠀
Une figure appartenant au passé d’Assad.⠀

Je ne vais pas aller plus en détail au risque de trop devoiler.⠀

Jussi Adler Olsen a une qualité indéniable qui est de construire un livre autour de sujets brûlants d’actualité.⠀
Entre migrants et terrorisme, JAO nous embarque dans une traque internationale hors des frontières Danoises, à la poursuite d’un terroriste. L’exil des populations, le quotidien des pays en état de guerre. ⠀
Une enquête qui bat son plein et réveille des souvenirs douloureux pour l’Europe. La peur du terrorisme. L’auteur nous révèle le passé et le présent sombre du Danemark avec beaucoup de pudeur mais aussi beaucoup de réalisme. ⠀
Le suspens est intenable, une immersion au cœur de l’action. Addictif, une course s’engage afin d’éviter l’inéluctable, la mort d’innocents, un rythme effréné, l’angoisse grandissante, une tension au paroxysme. . On est dans l’urgence et les liens qui unissent Carl Morck et Assad se resserrent. Un duo émouvant.⠀
Un Assad comme on ne l’a jamais vu, brisé. Un Assad qui œuvre dans l’ombre depuis 10 ans, un homme qui se dévoile. Un passé sensible qui refait surface. Beaucoup d’humanité, d’émotions. ⠀
Une histoire ou la psychologie des personnages est importante, des personnages que j’ai appris à connaître, à aimer. ⠀
Une belle claque pour ce 8ème opus.⠀
Un petit pincement au cœur pour un livre tant attendu et déjà terminé.⠀

Merci aux éditions Albin Michel

Poème de Falah Alsufi, migrant irakien, et traduit par Caroline Berg.

Les doigts des noyés

La vie des doigts des noyés est plus longue
Que notre histoire
Lointains et si proches
Nous voyons les noyés
Nous voyons leur espoir
De vivre
En paix.

Chaque jour, nous voyons le bout de leurs doigts
Disparaître sous la mer
Mais nos yeux ont appris
À ne pas voir.

Leurs doigts émergent
À la surface de la mer
Ils se tendent
Vers le ciel
Ils ne sont plus mouillés
Les doigts des noyés
Sont secs pour l’éternité.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s