Animal

Sandrine Colette

Livre de poche

Résumé :Humain, animal, pour survivre ils iront au bout d’eux-mêmes. Un roman sauvage et puissant.
Dans l’obscurité dense de la forêt népalaise, Mara découvre deux très jeunes enfants ligotés à un arbre. Elle sait qu’elle ne devrait pas s’en mêler.
Pourtant, elle les délivre, et fuit avec eux vers la grande ville où ils pourront se cacher.

Vingt ans plus tard, dans une autre forêt, au milieu des volcans du Kamtchatka, débarque un groupe de chasseurs.
Parmi eux, Lior, une Française. Comment cette jeune femme peut-elle être aussi exaltée par la chasse, voilà un mystère que son mari, qui l’adore, n’a jamais résolu.
Quand elle chasse, le regard de Lior tourne à l’étrange, son pas devient souple. Elle semble partie prenante de la nature, douée d’un flair affûté, dangereuse. Elle a quelque chose d’animal. Cette fois, guidés par un vieil homme à la parole rare, Lior et les autres sont lancés sur les traces d’un ours.
Un ours qui les a repérés, bien sûr. Et qui va entraîner Lior bien au-delà de ses limites, la forçant à affronter enfin la vérité sur elle-même.

Humain, animal, les rôles se brouillent et les idées préconçues tombent dans ce grand roman où la nature tient toute la place.

Ressenti : En immersion totale dans la forêt népalaise puis sur la terre volcanique du Kamtchaka, un dépaysement bien maîtrisé au cœur de la nature, de sa beauté, son silence, sa sauvagerie.⠀
Un roman fascinant ou la bestialité humaine est bien plus grande que celle des animaux. Les prédateurs ne sont pas ceux que l’on croit. C’est violent, angoissant, je me suis sentie oppressée, étouffée par cette forêt dense, l’inconnu qui s’y cache.⠀
Une alternance des points de vue qui m’a beaucoup plu, le regard de l’ours, son ressenti une introspection dans la tête de l’animal.⠀
Un récit qui oppose l’homme et la nature, la brutalité, la difficulté de la vie, des hommes qui iront au bout d’eux même, puiser la force du plus profond de leurs tripes, la survie est viscéral.⠀
Une écriture vive, riche et descriptive qui dépeint avec intensité les rapports entre l’homme et la nature.⠀
Et puis la mémoire du corps, les blessures du passé qui refont surface… ⠀
Le corps n’oublie jamais, il garde la trace de nos blessures émotionnelles.
Mais… Mais je n’ai pas réussi à entrer en empathie avec les personnages, leurs sentiments, leurs actions.⠀
Et la fin qui m’a déstabilisée, comme un sentiment d’inaccompli.⠀
À vous de vous faire une idée, je suis passée à côté ça arrive.

Merci au livre de Poche pour cette réception

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. On parle beaucoup de son dernier livre « Et toujours les Forêts ». Je n’ai encore jamais lu cette autrice 🙂

    J'aime

  2. Merci pour cette belle critique. Je le lis en ce moment. Bonne soirée 🙏

    J'aime

    1. Bonne lecture, curieuse de ce que tu en penses 😉

      J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s