Un verre couleur du temps

Sophie Nicholls

préludes editions

6 novembre 2019

Résumé : Ella Moreno séjourne à Venise, dans l’appartement de sa tante artiste, Valentina, qui habite un antique palazzo de la cité des Doges. Tandis qu’elle se promène à travers le dédale des ruelles et explore les multiples cafés et églises de la ville, elle trouve dans une boutique un mystérieux portrait représentant Augusta Franzi, fille d’un marchand de café du XVIIe siècle, et Luca Verzilini, un souffleur de verre. Frappée par la ressemblance entre Augusta et Valentina, Ella va découvrir des liens troublants entre le tableau et le passé de sa tante. Et le destin de la jeune femme pourrait bien en être bouleversé.

Ressenti : Ella Moreno séjourne à Venise, dans l’appartement de sa tante artiste, Valentina, qui habite un antique palazzo de la cité des Doges. Tandis qu’elle se promène à travers le dédale des ruelles et explore les multiples cafés et églises de la ville, elle trouve dans une boutique un mystérieux portrait représentant Augusta Franzi, fille d’un marchand de café du XVIIe siècle, et Luca Verzilini, un souffleur de verre. Frappée par la ressemblance entre Augusta et Valentina, Ella va découvrir des liens troublants entre le tableau et le passé de sa tante. Et le destin de la jeune femme pourrait bien en être bouleversé.

« elle est construite sur l’eau, avec l’eau, et un jour, elle retournera à l’eau… Ça a déjà commencé. Tous les ans il y a » l’acqua Alta »

J’ai fermé les yeux, j’ai humé la » laguna », le goût sucré des « arancia » dans la bouche, le soleil sur la peau, la langueur du corps face à la chaleur écrasante de l’été de la « Grandissima » Venezia.
J’ai fait le chemin avec Ella, chez sa tante Valentina, à la recherche d’inspiration pour l’écriture d’un nouveau roman. J’étais à ses côtés, émerveillée par la ville et ses couleurs bondissant sur les murs, d’un scintillement cuivré et argenté. L’eau omniprésente dont les reflets miroitaient sur les « palazzi », l’eau bouillant les contours du labyrinthe des étroites ruelles. Humer le parfum de la lavande, du romarin et du jasmin montant par bouffées des « sestiere ».
Venise, ville magique, Ella la prend à bras le corps, intuitive, elle ressent la magie du quotidien à qui sait regarder, respirer, prendre le temps, le temps de vivre.
Un livre plein de douceur, des personnages lumineux entiers, haut en couleur, attachants. Une once de merveilleux, de magique dans ce livre.
Ce roman ce sont des histoires de femmes emportées par le tourbillon de la vie aussi belles, fortes et fragiles qu’un verre en cristal de Murano. Des femmes au caractères bien trempé qui décident de prendre en main leur vie, suivre leur intuition. Un chemin mêlé de désirs douloureux mais qui attise l’amour à qui sait suivre la lumière délicate qui relit chaque âme sœur.

La sérénissime ou le temps n’a pas de prise, ou la magie des lieux, les couleurs, emmènent notre imagination vers de belles histoires d’amour.

Un conte aussi beau que la couverture de ce livre, qui nous rappelle le temps, que la féerie de l’amour, la magie de la vie sont possibles si on sait voir les signes.

Lisez le si vous aimez le merveilleux, la poésie , la magie de la vie…. 

Merci aux éditions Préludes

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s