Une famille presque normale

M.T Edvarsson

Sonatine

sortie 1er octobre 2019

Auteur : Suédois, »une famille presque normale est son premier livre , écrivain et enseignant.

Résumé : La famille Sendell vit dans la petite ville de Lund, en Suède. Elle se compose d’Adam, le père, un pasteur respecté, d’Ulrika, la mère, une brillante avocate et de leur fille Stella, 19 ans, qui s’apprête à quitter le foyer pour un road trip en Asie du Sud-Est. Un jour, Christopher Olsen, un important homme d’affaires, est assassiné et quelques jours plus tard, Stella est arrêtée par la police.

 « Nous étions une famille tout à fait normale.
Et puis tout à changé »


Ressenti : Une famille normale jusqu’au jour où Stella 19 ans, fille d’une avocate et d’un Pasteur est accusée de meurtre.
Un roman à trois voix, ou la vie de la famille Sendell est disséquée, avec le père, la mère, et la fille.
Chacun a le droit à sa partie, chacun son ressenti, ses perspectives. Les secrets se dévoilent, une famille pas si parfaite, une famille ou le mensonge, les non-dits règnent, ou le regard des autres est important, il est crucial de garder une façade aux yeux du monde. Un livre addictif ou l’envie de savoir est tenace, ou nos sens sont mis en exergues, chaque version remettant l’autre en question, la vérité nous échappe, chacun restant sur ses certitudes.
Mais une seule certitude : Aucune famille n’est « normale ».
Un roman qui se lit avec frénésie, on arrive là où l’auteur veut nous emmener, à cette seconde fatidique du procès qui te fait basculer du côté de la victime ou de l’accusé.
J’ai douté jusqu’au dénouement final. « les gens sont prêts à mettre de côté toute éthique et toute morale pour défendre leur famille »

J’ai détesté le père, cet homme psychorigide, dont les apparences sont importantes, un accro du contrôle surtout celui de sa fille, anxieux, inquiet, moralisateur, genre de personne contre qui je me suis toujours battue, quitte à me prendre des baffes dans la tronche.

J’en ai voulu à la mère de s’être trop effacée, d’avoir laissé le père gérer, régenter la vie de leur fille Stella, avec l’excuse de son travail de juriste mais jusqu’où ira t-elle pour sauver son enfant ?
J’ai adoré la fille Stella, jeune femme douée qui n’aime pas les contraintes, brute de décoffrage, se rebelle contre tout surtout contre l’injustice, la vie. Dans la provocation permanente, Pitt bull à la sensibilité exacerbée, à l’instinct de survie développé, aux contrôles défaillants des pulsions, se braque, se rebiffe et crache toute son opposition dans le feu de l’action.

« les règles ça n’a jamais été mon truc, s’il y en avait une, il faut que je l’enfreigne »

alors ça vous dit ?

Merci aux éditions Sonatine

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Ça me dit énormément oui ! 😍

    Aimé par 1 personne

  2. Ce livre me plaira.. Merci beaucoup, bonne soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Ça me dit aussi, en tout cas je le note..

    J'aime

  4. Je le note moi aussi. On est rarement déçu avec les éditions Sonatine ! Moi je vais commencer le dernier Don Winslow « La frontière » 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s