Dans le murmure des feuilles qui dansent

Agnès Ledig

Le Livre de poche

Albin Michel

septembre2019

Résumé : Annaelle, une jeune femme dont le destin a été bouleversé par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l’écriture. A la recherche d’informations pour son prochain roman, elle entame une correspondance avec Hervé, procureur à Stasbourg.

Thomas, menuisier, délaisse son atelier pour rejoindre l’hopital ou son petit frère Simon affronte une grave maladie. Ses histoires merveilleuses d’arbres et de forêt colorent le quotidien de l’enfant. Si chacun se bat à sa manière contre la fatalité, le hasard pourrait bien décider de les réconforter.

Ressenti : Il est des livres qui marquent je peux autant être fracassée par « j’iraituerpourvous » d‘henri_loevenbruck

Mais je suis tout autant brisé par Agnes Ledig

Parce que ce sont des livres qui me parlent, me touchent, m’emeuent. Des livres qui font raisonnance en moi, un cri de douleur et de peur qui fait saigner mon cœur, fend mon armure, ma cuirasse. Des livres qui me mettent à genoux en tant qu’épouse, femme, mère.

« Je ne demande pas la lune , j’accepte ma condition sur terre, même si l’équilibre est encore instable »

Toujours profiter de chaque instants, vivre au présent pour ne pas tomber, sombrer, pleurer. Chaque jour est un pas de gagner par la vie, demain est toujours incertain mais espérer permet d’avancer, espérer toujours que la vie gagne du terrain face au chagrin.
La colère, la rage même si c’est la faute à pas de chance, toujours faire face, ne pas plier, lutter lorsque la vie nous éprouvent.

Respirer, oublier, se poser, survivre.

Mais lorsque la maladie attaque la chair de nos chairs, une épée de Damoclès suspendue à un fil comment ne pas tomber ? Se sentir vivant ne pas crever face à l’angoisse qui nous étreint chaque jour un peu plus l’espérance se résumant à peau de chagrin…

Aimer, Aimer Aimer.

« Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a des mots doux, des papillons, des yeux émerveillés, de la force, du courage, de la joie, beaucoup de joie.

Dans le murmure des feuilles qui dansent, il y a surtout les petits bouts d’âme de ceux qu’on aime mais qu’on ne peut plus prendre dans nos bras »

Que j’ai aimé les personnages de Thomas, et d’Annaelle, des personnages que la vie ne ménage pas, deux personnages blessés mais avec une envie de vivre insatiable. C’est poignant, plein d’humour et la nature au centre de tout rappelle que la vie est plus forte que tout.

Arrêtons de courir prenons le temps de regarder la vie pour l’embrasser à bras le corps, avec confiance et gatitude, revenons à l’essentiel…

« Dans ce service, il y a la vie plus forte que tout. Celle qui permet à la plante de crever le bitume, au soleil de faire fondre la glace, à l’hirondelle de parcourir des milliers de kilomètres. Une vie pour laquelle on se bat »

Merci aux editions du Livre de poche (merci William)

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. J’aime beaucoup aussi ses romans. Ils sont touchant, à chaque fois ça me bouleverse ! Jolie chronique ❤

    Aimé par 1 personne

    1. Moi aussi ça me bouleverse en même temps il y a souvent une part d’optimisme

      Aimé par 1 personne

  2. Un roman qui fait du bien et qui invite à l’espérance, à mieux vivre l’instant présent, je trouve ça formidable. Passe un excellent weekend 🙂

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s