Le douzième chapitre

Jerome Loubry

Livre de poche

Sortie 4/09/19

Calmann Levy

Les souvenirs sont parfois meurtriers.

Résumé : Été 1986. David et Samuel ont 12 ans. Comme chaque année, ils séjournent au bord de l’océan, dans le centre de vacances appartenant à l’employeur de leurs parents. Ils font la connaissance de Julie, une fillette de leur âge, et les trois enfants deviennent inséparables. Mais une ombre plane sur la station balnéaire et les adultes deviennent de plus en plus mystérieux et taciturnes. Puis alors que la semaine se termine, Julie disparaît.
30 ans plus tard, David est devenu écrivain, Samuel est son éditeur. Depuis le drame, ils n’ont jamais reparlé de Julie. Un jour, chacun reçoit une enveloppe. À l’intérieur, un manuscrit énigmatique relate les évènements de cet été tragique, apportant un tout nouvel éclairage sur l’affaire.


Ressenti :J’étais passée à côté de l’auteur. Et puis #lesrefuges est sorti. Et là quelle claque.

Avec #ledouziemechapitre je confirme l’auteur a une plume exceptionnelle. Pauvre de moi 🤦‍♀️Erreur réparée 😏

Le douzième chapitre c’est l’histoire de 3 gamins, David, Julia, Samuel, en Vacances en 1986, au bord de l’eau dans un centre appartenant à l’entreprise des parents.
L’amitié, les prémices du sentiment amoureux des ados loin des drames des adultes, de la colère qui gronde face à la fermeture de l’usine. Et puis une petite fille disparaît… Et Julia…

« l’assassin n’est pas obligatoirement celui qui tue. C’est aussi celui qui l’y encourage. »

2017, David, écrivain, Samuel son éditeur reçoivent un manuscrit. Un manuscrit qui retrace cet été 86, chaque faits, chaque gestes, un manuscrit identique sauf pour le 12ème chapitre…
Les deux adultes de 2017 ressentent avec le recul les tensions, les menaces qui se tramaient.

« Les hommes naissent-ils fous ou le deviennent-ils avec le temps et les épreuves. »


Jérôme Loubry nous happe du début à la fin,c’est intense et j’ai été complètement captivée entre passé et présent, une temporalité addictive, bien ficelée. L’innocence et l’insouciance des enfants s’oppose à la violence, et la maltraitance des adultes, des souvenirs biaisés avec le temps qu’ils se prennent en pleine face, des secrets, des non-dits. Le temps passe mais les blessures restent.
Un roman noir, pesant à la douceur enfantine.

Un thriller psychologique original qui m’a bluffée, une fin surprenante.

Et une nuit blanche pour ce roman où les fantômes du passé ressurgissent.

« cette histoire est une histoire de fantôme… tous ont un message à porter »


🙈🙉🙊

Merci à William du @livredepoche pour cette réception

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s