J’avais une ile

Lorenza Pieri

PRELUDES EDITIONS

Sortie le 4 septembre 2019

Résumé : Une île minuscule, au large de la Toscane. C’est là que naissent Caterina et Teresa, deux sœurs, dans les années soixante-dix.

Dans cette famille insulaire, les caractères sont bien trempés, à commencer par Elena, leur mère, que l’on surnomme « La Rouge » pour sa chevelure flamboyante, mais surtout pour ses idées politiques. Vittorio, leur père, éternel Hédoniste, mène son existence comme bon lui semble, tandis que Nonnalina, leur grand-mère, traverse la vie avec une force résignée, héritage de la guerre qui a bouleversé son passé.

Différentes mais complémentaires, Caterina, l’aînée, subjugue et domine Teresa, qui, pour trouver sa place, devra apprendre à se détacher de sa terre comme de sa famille. Lorsque arrive l’âge adulte, et le temps des décisions, saura-t-elle apprivoiser la nostalgie de son enfance pour se construire un avenir ?

Un joli coup de cœur nostalgique, qui ramène à l’enfance, l’innocence, l’insouciance. Une très jolie couverture qui accentue ce sentiment.

GIGLIO, une petite île de Toscane en Italie, un paradis perdu. Un personnage à part entière du livre.

Une saga familiale quasi matriarcale. Une mère Elena, au caractère explosif, impliquée politiquement, le père Vittorio, vétérinaire, doux reveur, Nonnalina la grand mère qui a survécu à la guerre, les filles Caterina et Teresa totalement différentes.
Ce roman c’est la destinée des personnages et celle d’un pays avec en toile de fond le régime politique des années 70 à nos jours qui pèse sur le peuple italien. Des informations distillées avec parcimonie.

Ce roman c’est Teresa et la relation qu’elle entretient avec cette île. Teresa doit s’affranchir, quitter GIGLIO qui l’etouffe, une mère et une sœur qui l’écrasent, grandir, faire ces choix, se tromper, revenir peut être…si finalement le bonheur était une vie loin du stress sur cette île paisible ou le temps semble s’être arrêté ?
L’auteure nous a écrit un roman d’apprentissage, les choix que l’on fait qui guident nos vies. Une écriture delicate, fluide, émotionnelle. Un livre sur la famille, le pouvoir des femmes, l’attraction de l’île. … En totale immersion, les yeux fermés je me suis laissée porter, humer l’odeur des oliviers, couru et tomber à m’écorcher les genoux, plonger dans l’eau, me brûler la peau, oublier les contraintes j’ai à nouveau eu 6 ans… Sortie le 4 septembre dans vos librairies.

Un livre émouvant sur la vie , le temps qui passe, un très beau livre.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. La couverture est vraiment belle et ta critique l’est tout autant. J’aime les romans italiens🙂

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s