La Nostalgie du sang

Dario Correnti

Albin Michel

sortie 29 mai 2019

524 pages

Auteur :Italien. Derrière le pseudonyme de Dario Correnti se cache en réalité deux auteurs. On ne sait presque rien d’eux, tant ils souhaitent garder leur anonymat allant jusqu’à donner des conférences virtuelles. Les seules informations connus sont que l’un est un auteur littéraire connu et l’autre un journaliste.

Dans leur premier roman « La nostalgie du sang » (« Nostalgia del sangue », 2018), les deux auteurs décident de se baser sur une affaire réelle : celle du vampire de Bottanuco, le premier serial killer que connaitra l’Italie. Cette affaire découverte par l’un d’eux au hasard, les a fasciné et ils ont voulu l’intégrer au roman afin d’aborder la criminologie moderne. 

Résumé : Une série de crimes sauvages bouleverse Bottanuco, une petite ville du nord de l’Italie. Des cadavres de femmes mutilées, des signes de cannibalisme, des aiguilles disposées comme dans un rituel magique… Alors que la police se perd en fausses pistes et que l’insaisissable meurtrier continue de frapper, deux journalistes s’emparent de l’affaire : Marco Besana, un grand reporter menacé de retraite anticipée, et Ilaria Piatti, une stagiaire méprisée de la rédaction mais incroyablement douée pour traquer les coupables.

C’est Ilaria qui réalise qu’il pourrait s’agir d’un imitateur de Vincenzo Verzeni, le tout premier tueur en série italien de la fin du XIXe siècle. Mais qu’est-ce qui peut bien relier les victimes à ce tueur mort il y a plus d’un siècle ?

« … la mort est précieuse, on n’en a qu’une. »

Ressenti : Je suis partie, à Bottanuco, en Italie. Ici pas de sérénade, un sérial killer sévit , il copie les meurtres du premier tueur en série italien du XIXème siecle, Vicenzio Versini, dit le vampire. La police est au point mort, le tueur est macchiavélique et ne laisse rien au hasard.

La trame semble plutôt classique sauf qu’ici les enquêteurs sont deux journalistes. Un vieux de la vieille Marco Bessano, que l’on pousse vers la sortie, un fin limier, un peu ronchon, séparé, alcoolique, qui applique les méthodes à l’ancienne et semble dépassé par la génération 2.0.

Et « un morpion » surnom pour Illaria Piatti, stagiaire, moquée de tous, empotée, effacée, qui a 27 ans porte encore des bottes Hello Hitty et vénère Bessano, son mythe. Sous ses airs bêtes, Illaria est plutôt douée, futée et maîtrise les nouvelles méthodes d’internet.

Ce couple improbable, détonnant mais complémentaire s’allie, travaille sans relâche à la recherche du scoop, et se rapproche du tueur. Deux générations de journalistes aux méthodes totalement différentes mais au même but démasquer le psychopathe. Un meurtrier qui éparpille les viscères de ses victimes, un cannibale qui mange un morceau d’elles.

Les meurtres s’enchainent, des rebondissements, des chapitres courts, des retours sur le passé de Vincenzo Versini, le suspens est maintenu jusqu’au bout. J’ai « dévoré » ce polar.

Une quête de la vérité.

Une quête pour arreter les massacres.

Une quête pour découvrir le tueur.

Deux personnages attachants, le vieil ours, et la jeune empotée, la transmission du métier, qui ressemble beaucoup à la transmission du savoir d’un père à sa fille. Beaucoup de tendresse entre ces deux là. Une belle lecture prenante et agréable.

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je te rejoins sur ton avis, j’ai aussi beaucoup aimé ce duo improbable qui change des flics fracassés ou des amants maudits !

    Aimé par 1 personne

  2. Elodie Maquin Noizet dit :

    Merci pour la découverte!

    Aimé par 1 personne

  3. Une couverture et un titre énigmatique mais « diaboliquement » attirant ! Excellente soirée à toi 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Oui la couverture est attirante, le plus de ce polar somme toute classique est le « couple de journalistes », et non des policiers

      Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s