Ou bat le coeur du monde

Philippe Hayat

Calmann Levy

14 Aout 2019

Auteur : il partage sa vie entre écriture et ses activités d’entrepreneur. Son 1er roman « Momo des Halles » a été traduit dans plusieurs pays.

Résumé : À Tunis dans les années trente, Darius Zaken est frappé de mutisme après la disparition brutale de son père. Élevé par sa mère Stella qui le destine aux plus hautes études et sacrifie tout à cette ambition, il lutte pour se montrer à la hauteur. Mais le swing d’une clarinette vient contredire la volonté maternelle. Darius se découvre un don irrésistible pour cet instrument qui lui redonne voix. Une autre vie s’offre à lui, plus vive et plus intense.

De la Tunisie française aux plus grandes scènes du monde, en passant par l’Europe de la Libération et l’Amérique ségrégationniste, cette fresque est un magnifique roman d’initiation et d’émancipation, mené au rythme étourdissant du jazz.

Ressenti :

« Sa musique décrivait un coin du ciel, une façade éclaboussée de lumière, invisibles sans jazz. Il jouait et la joie se réveillait d’un rien et de partout. »

Darius, petit juif né à Tunis, voit son père, libraire, amoureux de la culture française mourir sous les coups d’une population déchaînée. Un soir de sirocco des tunisiens accusent les juifs de tous leurs maux, . Darius en ressort handicapé et mutique. Sa mère Stella, un rayon de soleil ,une étoile si belle ,perd tout son éclat et se bat pour que Darius puisse étudier en France.

La douleur, la misère chaque jour les séparent un peu plus, Stella le fait travailler constamment pour qu’il devienne le meilleur pour honorer la mémoire de son père, c’est trop difficile pour lui, son handicap le retient et puis un jour Darius découvre le Jazz.

« Pour me parler, je t’assure,il n’a utilisé ni mots, ni signes, seulement son souffle et ses doigts »

Entêté à vivre de cette musique qui le fait » parler ». La musique vibre en lui.

Un chemin initiatique pour devenir un homme, trouver la musique qui bat en lui, qui lui donne cette envie de vivre, insuffle le bonheur. Il finit par s’engager dans les forces américaines pour quitter sa mère qui l’empêche d’évoluer dans son art, une mère qu’il aime plus que tout, une mère à qui il aimerait redonner le sourire, il part pour s’émanciper, couper le cordon et renaître, être l’homme qu’il a choisi. Darius joue, encore, toujours de la clarinette, il cherche le petit « truc » qu’il sent au plus profond de son être , ses morceaux se font sensuels, langoureux, douloureux, joyeux. Les notes flottent et s’envolent pour mieux s’immiscer en nous, cette musique « dans la tête » qui donne le rythme au livre, qui pages après pages, fait remonter les émotions, nous raconte la vie

Ce roman est le parcours d' »un petit juif » jouant de la musique de « nègre », un cœur qui bat aux sons de Louis Armstrong, une musique qui nous ensorcelle , des »riffs » passionnés, les émotions bousculés jusqu’à la dernière page.

Une ode à la puissance de la musique, à la détermination d’un jeune gamin porté par sa clarinette : sa voix. Un roman qui commence par le dernier concert de Zak et nous fait remonter le temps de Tunis, à New York en passant par Paris.

l’allégresse de cette musique au fil du roman nous envahit, tout devient lumineux, la musique prend vie, on se laisse transporter, le blues dans sa délicatesse et son timbre de velours heurte nos chairs, nos blessures, nos peines, nos amours, nos joies. Le blues nous enveloppe tout au long de ce livre , on en ressort vidé, mais heureux.

Une belle lecture

Merci aux éditions Calmann Levy

Lu en LC avec @calyeno sur instagram

et @unesourisetdeslivres je vous mets en lien son blog si vous voulez voir son ressenti. demain 😉 http://unesourisetdeslivres.com/

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Une note tout en musique, douceur et sensibilité. Le sujet est intéressant. Je t’avoue que je ne connaissais pas l’auteur Philippe Hayat. Cette rentrée littéraire s’annonce passionnante ! 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Moi non plus même si j’avais vaguement entendu l’adaptation au cinéma de momo des halles

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s