SEX DOLL

Danielle THIERRY

FLAMMARION

400 pages

sortie mai 2019

Auteur, née le 15/10/1947 en Côte d’Or, première femme commissaire divisionnaire en France en 1991. Son premier livre « Mauvaise graine » est paru en 1997.

Résumé : À Paris, l’ouverture d’’un hôtel de passe 2.0, dont les pensionnaires sont des poupées en silicone, ne fait pas l’unanimité. Son jeune propriétaire, précurseur sur le marché du sexe, n’avait pas imaginé les réactions violentes que sa start-up provoquerait …

Dans le même temps, l’Office, dirigé par le commissaire Marion, est confronté à une série de meurtres atroces. Trois femmes sont retrouvées mutilées, des parties de leur corps trafiquées afin d’en faire des créatures parfaites.

La psycho-criminologue Alix de Clavery, dont l’expertise est indispensable sur ce dossier, a mystérieusement disparu. Si Marion devine que ces affaires sont liées, elle n’imagine pas à quel point.

De Paris au Japon, elle traque ce Docteur X qui l’obsède depuis quinze ans.

Ressenti : Un hôtel de passe 2.0 avec comme pensionnaires des poupées en silicone. 3 femmes assassinées en 3 mois, un SMS envoyé à un membre de l’entourage d’Edwige MARION, Commissaire de l’Office de répression des violences aux personnes, pour signaler l’endroit du corps.

Un meurtrier qui recherche la perfection physique et la soumission pour en faire des femmes parfaites.

La Commissaire MARION, aidée de son équipe, une équipe malmenée mais soudée, enquêtent sur cette série de meurtres. La commissaire n’imagine pas à quels points ses affaires sont liées. Des affaires qui la ramènent à Lyon 15 ans plus tôt à traquer « le docteur X ». Une enquête compliquée qui fait ressurgir le passé. Les différents meurtres impactent la Commissaire et surtout ses proches.

Alix de Clavery, la psycho-criminologue manque à l’appel. Le « docteur X » les promène, les défie, les harcèle. Une course effrénée contre la folie s’engage. Une enquête méticuleuse, implacable dans le monde de la sexualité , de la pornographie. Une investigation menée tambour battant.

Des personnages féminins au caractère bien trempé, attachants, Edwige Marion, une femme forte avec ses fêlures, perdue face à sa fille adoptive. Une commissaire qui commande son équipe de manière humaine , comme une famille.

Danièle Thierry nous a écrit une histoire glauque, violente , à la réalité malsaine, une écriture fluide, incisive accentuant les travers de l’âme humaine, une fin surprennante, vécue en apnée, en apothéose.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    Merci pour ton retour! Je me le note 😉

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s