Une évidence

Agnès Martin-Lugand

Michel Lafon

Sortie le 21 mars 2019

372 pages

Auteure : née en 1979 à Saint-Malo, auteure de 6 romans avec notamment « les gens heureux lisent et boivent du café ».Avec plus de deux millions d’exemplaires vendus, elle a conquis le cœur des lecteurs en France comme à l’étranger. 

Résumé : Reine mène une vie heureuse qu’elle partage avec son fils de dix-sept ans et un métier passionnant. Une vie parfaite si elle n’était construite sur un mensonge qui révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats…

 » Faut il se délivrer du passé pour écrire l’avenir ? »

Ressenti : Reine a bâtie sa vie autour de son fils , mais basée sur un mensonge. Des événements auxquels elle ne s’attendait pas pourraient bouleverser son bonheur. Pourquoi mentir alors qu’il est si simple de dire la vérité même si elle fait mal, pourquoi se compliquer la vie au risque de tout gâcher, de tout perdre?

« Je ne savais plus où j’étais, je ne savais plus dans quel monde je vivais. Je ne savais plus ce que je devais faire. « 

Agnès Martin-Lugand a la facilité de mettre à mal nos émotions, dans ce roman je me suis laissée bercer tout doucement avant d’être happée. Je me suis prise cette lecture comme un boomerang quand il revient ça fait mal, battre le coeur, briller les yeux. « Une évidence » c’est un bout de nous, de nos vies, un livre qui nous ressemble. Des situations qui font écho, une vie ou la palette des couleurs est nuancée du bonheur à la tristesse, du rire au larmes, de l’amour à la séparation…

Un amour fusionnel pour son enfant , la nostalgie de le voir grandir, s’échapper, le vide qu’il génère.Le temps qui passe comme un sentiment de solitude

l’amitié homme, femme , l’ami de toujours qui écoute, console, seche les peurs et les angoisses, l’amour passionnel d’un homme comme « une évidence », le passé qui resurgit, les mensonges à réparer…

L’écriture fluide d’Agnès Martn-Lugand donne une aura , une force à ses personnages, touchants, bouleversants. Les émotions nous assaillent et nous transpercent, à fleur de peau, à fleur de mots. Un roman qui raconte la vie, une histoire qui raisonne comme une ode à l’amour avec sensibilité et émotion.

Ecouter son coeur, se dire je t’aime, régler le passé pour se reconstruire, pour avancer…

La vie continue…

Une fin qui m’a émue, une jolie histoire tout en délicatesse.

« je n’aimais pas le savoir loin de moi…je n’aimais pas quand la maison était vide de lui, de ses bruits, de sa porte qui claque… je le laissais faire, c’était mon rôle, malgré le vide que cela générait chez moi. C’était cela être parent… »

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Elodie Maquin Noizet dit :

    J’ai beaucoup aimé voir ton ressenti dans un autre genre 😉
    Elodie

    J'aime

    1. Oui j’ai été plus touchée par l’enfant qui grandit et prend son envol, son manque de lui tout le laissant partir

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s