La Machination

Jeremy ERGAS

Slatkine et company

sortie le 7 mars 2019

Auteur : suisse, « La machination » est son premier roman

Résumé :
Une nuit de novembre à Genève, un jeune écrivain en vogue, Benjamin Novelle, est torturé et tué au retour d’une soirée littéraire. Le lendemain, des promeneurs découvrent son corps, un texte est gravé dans le dos en lettres de sang avec une précision spectaculaire. C’est une liste des « Sept Commandements de l’Écriture’ que Novelle a enfreints.
Le meurtre fait la une des journaux et la peur s’installe dans la ville, d’autant qu’un éditeur et un agent littéraire célèbres sont aussi retrouvés assassinés au cours des semaines qui suivent. Sur leurs dos, d’autres commandements ont été inscrits à l’aide d’une machine d’exécution semblable à celle de La Colonie pénitentiaire de Kafka.
L’objectif du tueur est maintenant clair : par ses actes de terrorisme littéraire, il veut restaurer la grandeur passée du livre et l’empêcher de devenir un vulgaire objet de consommation. Reste à déterminer le coupable parmi les écrivains genevois suspectés..

Ressenti :

Une claque un roman coup de cœur, une lecture captivante, addictive, une intrigue osée sur le monde littéraire, une fin grandiose, insoupçonnée.

Un jeune romancier assassiné avec gravé dans le dos en lettre de sang un texte récapitulant les 7 commandements de l’écrivain.

j’étais en croisade contre un système, pas contre un individu


Le monde genevois est en émoi devant cet acte horrible, cet acte de GUERRE contre le monde littéraire. 
La mise en scène est macabre, aucune empreinte, aucun indice, l’enquête est au point mort. Le Monde littéraire est à nouveau frappé, la victime horriblement mutilée, nue suspendue telle une offrande sacrificielle représentant la luxure, la débauche. A nouveau les 7 commandements gravés dans le dos identiques à l’œuvre de « Kafka » « la colonie pénitentiaire ». La monstruosité des sévices, le sadisme de la mise en scène, la célébrité de la victime horrifient et la peur gagne le monde restreint des artistes. 1 journaliste et 2 écrivains décident d’écrire sur cette affaire et surtout comprennent les actes du tueur sans absoudre son geste. Le meurtrier s’érige en Dieu de la littérature, en TERRORISTE littéraire contre ces artistes dégénérés qui se prostituent pour vendre plus de livres. Tuer pour la grandeur de la Littérature. Un génie maléfique qui a créé une machine démentielle, un appareil de torture qui grave sur la peau et s’enfonce jusqu’à vider la victime de son sang. 


Un livre puissant sur le milieu de l’édition un univers impitoyable qui broient et achèvent les rêves de ceux qui ne rentrent pas dans le moule. Une écriture fluide des pages qui se tournent à un rythme effréné pour découvrir le meurtrier, mais c’est au dernier chapitre que tout s’éclaire, l’auteur m’avait embrouillé l’esprit
Un coup de maître

  • tu respecteras la littérature, car elle est sacrée
  • – tu étudieras les grands classiques
  • – tu feras preuves de créativités
  • – tu feras preuves de réflexion
  • – tu n’écriras pas pour devenir riche
  • – tu n’écriras pas pour devenir célèbre
  • – tu élèveras la masse vers toi au lieu de t’abaisser vers elle

Merci aux editions @slatkineetcompagnie

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je suis en plein dedans, il est effectivement addictif !

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s