Le poids du monde

David Joy

sonatine octobre 2018

auteur : David Joy écrivain américain né en 1983

résumé : Après avoir quitté l’armée et l’horreur des champs de bataille du Moyen-Orient, Thad Broom revient dans son village natal des Appalaches. N’ayant nulle part où aller, il s’installe dans sa vieille caravane près de la maison de sa mère, April, qui lutte elle aussi contre de vieux démons. Là, il renoue avec son meilleur ami, Aiden McCall. Après la mort accidentelle de leur dealer, Thad et Aiden se retrouvent soudain avec une quantité de drogue et d’argent inespérée. Cadeau de Dieu ou du diable ?

ressenti  :

Il y avait dans ce monde une cruauté qui occultait toute la lumière, une no

irceur à laquelle on ne pouvait répondre que par la noirceur.

Un roman noir et sombre sur deux êtres fracassés de la région des Appalaches, d’un réalisme glaçant, une vie marquée dès la naissance. Une région oubliée loin du rêve américain, où le destin n’existe pas où la misère règne ou le travail a déserté les terres. Seule les larmes touchent le sol seul le sang borde les routes, une route peuplée de mauvaises rencontres, une route de mauvais choix quand le sort s’acharne le poids du monde ploie ton corps et tu ne peux que répondre à la violence par la violence. Tant de tristesse, tant de desespoir, une noiceur qui fait mal.

Au bout du compte , c’est toujours le sang qui parle.

David Joy nous livre une complainte , une écriture noire un roman violent, une peinture de la société actuelle, une société qui se meurt dans l’indifférence et la misère, la misère sociale, la misère affective. On meurt comme on nait ; seul face au monde. Une descente en enfer. Un roman dur et qui bouscule , pas d’illusions chaque lueurs virent au désespoir, tout le poids de la vie sur leurs frêles épaules, une histoire d’amitié que le gouffre va emporter.

J’essaie juste de survivre chaque jour sans me tirer une balle.

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    Il faut absolument que je le lise! Merci pour ta chronique !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, il se lit vite, un roman où la vie n’est que désillusion

      Aimé par 1 personne

  2. Elodie Maquin Noizet dit :

    Ce roman noir m’a vraiment retourné le coeur…

    Aimé par 1 personne

Répondre à lebouquinivre Annuler la réponse.

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s