Je ne sais pas dire je taime Olivier Robin

Livre de poche

auteur : français né dans les Landes en 1976, auteur de « Bébé Requin » et « Super tragique », 
Il publie, en 2017, « Roland est mort ».

resumé : 


Paris, tu l’aimes ou tu la quittes. 
C’est une injonction quotidienne pour celui (ou celle) qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d’un métro bondé, qui slalome entre les traces d’urine et les crottes de pigeons, qui se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi à qui il déboîterait bien une clavicule. 
Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet de mairie, Juliette espère un jour vendre autre chose que des chaussures à des gens qui puent des pieds, Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé, Ben assiste à la décrépitude de son couple qui s’enlise dans l’ennui au fil des jours. 
Un chassé-croisé plein d’humour et de tendresse dans lequel chacun cherche son salut et espère entendre parler de sentiments, au cœur d’une ville épicentre de l’amour, où il est parfois difficile de se dire je t’aime. 
À tous les éclopés du cœur, les grands pudiques, les éternels passionnés, ce roman est pour vous. 

Ressenti :                   PARIS TU L’AIMES OU TU LA QUITTES

Paris, son métro, son effervescence, on suit différentes tranches de vie, Juliette trentenaire, célibataire, vendeuse de chaussures, Joachim, handballeur moniteur d’auto école larguée par sa copine en pleine heure de grande écoute dans une émission de télé réalité, , Francine, fille de « bien », une enfance qui refait surface à la soixantaine, et Ben qui après 7 ans de vie commune avec son mec, voit sa vie de couple sur la fin. Un texte rapide, fluide, court, attachant. Un roman où chaque protagoniste prend la parole, un chassé croisé de ses vies dans Paris intra-muros. Nicolas Robin nous parle de solitude, de blessures, d’hommes et de femmes à la recherche du bonheur. C’est drôle, léger, on s’attache aux personnages, on s’identifie. Un roman réaliste sur notre société, ses travers, un roman humain sur ces cabossés de la vie qui recherchent tous finalement la même chose : l’amour. J’ai découvert l’auteur avec ce livre, j’ai aimé sa plume, c’est frais, parfois cynique, bourré d’humour mais tellement humain. Je relirai. 

Publicités

A propos https://evasionpolar.wordpress.com

lectrice compulsive de polars et plus si affinités auteurs : Thilliez, Norek, Minier, Tackian, Adler-Olsen, Kepler, Indriadson,
Cet article a été publié dans ROMANS. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s