Les assassins R.J. ELLORY le livre de poche Sonatine

auteur : Né à Birmingham  le 20/06/1965. Roger Jon Ellory est un auteur anglais de romans policiers et de thrillers. Il commence à écrire en 1987. Entre 1987 et 1993, R.J. Ellory écrit pas moins de vingt-deux romans, chacun lui valant des refus éditoriaux des deux côtés de l’Atlantique. Il devra attendre 2003 pour que son roman, « Candlemoth », soit publié. Et depuis, chaque année il publie un nouveau livre. Aujourd’hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, « The Whiskey Poets ». Son œuvre, populaire et plébiscitée notamment en France, est fortement ancrée aux États-Unis malgré les origines britanniques d’Ellory.

46501873_2190991217826385_1314656078755004416_n

Résumé : 

New York, 2006. Quatre homicides sont commis en quinze jours, selon des modes opératoires très différents. Seul John Costello, documentaliste inépuisable sur les tueurs en série, voit un lien entre eux. Il a en effet découvert que chacun des meurtres a été perpétré à une date anniversaire, celle d’un célèbre crime exécuté par un serial killer, d’après une procédure rigoureusement identique. Épaulé par Ray Irving, détective au NYPD, et Karen Langley, journaliste au City Herald, John va se livrer à la traque de cet assassin très particulier.

 

Ressenti :

« Vous ne pouvez pas rationaliser l’irrationnel. Nous ne sommes pas en train de parler de gens qui suivent les chemins convenus de la réflexion et de l’action, mais d’individus qui ont abandonné depuis longtemps tout ce qui passe pour la normalité »


En 1984, à 16 ans, John Costello ne savait pas qu’il vivait ses derniers instants de bonheur avec sa petite amie Nadia. Victimes du tueur en série « le marteau de Dieu », Nadia est assassinée, John après des jours de coma, reste à jamais marqué.

« Ce que l’on croyait posséder, on pouvait le perdre en un clin d’œil. Pour toujours. Ainsi allait la vie. »

En 2004, une vague de meurtres sévit à New York. Un serial Killer tue ses victimes selon le même Modus operandi des plus grands meurtriers de tous les temps de l’histoire américaine. Une longue route d’horreur parsème la ville de NY. Les assassinats tous plus horribles les uns des autres s’intensifient. On suit Ray Irving, inspecteur, homme solitaire, hanté par les morts qu’il n’a pu éviter, Karen une journaliste au caractère bien trempé, une femme de tête qui ne recule devant rien, et John, rescapé, être fragile et déterminé, assistant de Karen, il a fait la relation entre les différents meurtres du « commemorateur » et ceux des plus célèbres serial-Killers, John personnage ambigu aux manies etranges, à la mémoire hors norme.. Trois personnages attachants malmenés, avec leurs failles, leur volonté qui s’allient pour arrêter le cycle infernal. La traque s’engage, elle est ardue et éprouvante, les morts mis en scène, atrocement mutilés, tués sont une épreuve pour tous. On suit l’enquête, on émet des hypothèses, on doute. Ellory prend son temps pour installer la trame, le décor,l’ambiance. La tension monte au fil des pages, une enquête fouillée au plus près de la réalité, une réalité qui fait froid dans le dos. Ce livre c’est aussi un hommage aux victimes oubliées, la difficulté pour les survivants de continuer à vivre avec des questions sans réponses. Mais l’horreur fascine, les adorateurs collectionnent les souvenirs des tueurs en série, on en oublie l’essentiel les victimes. La violence nous emporte sur son passage, on cherche une porte de sortie, on est en apnée, la douleur nous inonde, on rage face à l’impuissance de la police muselée par des restrictions budgétaires, on reste sans voix face aux politiciens qui évitent de faire des vagues quand les élections approchent, et la nausée nous prend face aux fétichistes des tueurs en série. L’intrigue est bien menée, l’anxiété augmente, un véritable #pageturner sombre, glaçant, sanglant, un suspens haletant, un rythme effréné, pas de temps mort. L’écriture est fluide et addictive, les mots nous transpercent. J’ai été chamboulée, le cœur fracassé devant la folie humaine, l’absence totale de pitié, de compassion où de scrupules. Horrifiée par l’âme humaine. Un énorme #coupdecoeur pour ce livre, pour cet auteur, son écriture, envie de continuer ma découverte. Merci @stelphique pour ton obstination 😊, ma première #lc avec @calyenol une lc que j’ai adoré et que j’ai envie de réitérer.
46486161_273127046884649_2612152929938833408_n

Nietzsche disait que quiconque se battait contre des monstres devait prendre garde à ne pas en devenir un lui même . Il disait que celui qui scrutait les abîmes était aussi scruté par l’abîme

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Claude dit :

    Merci pour ton bel avis. J’avais adoré Seul le silence et j’ai Les Assassins dans ma Pal. Je vais le sortir bientôt. Tu me conseillerais quel autre titre de RJ Ellory s’il te plaît ?

    Aimé par 1 personne

    1. J’avais également beaucoup aimé papillon de nuit, je ne l’ai découvert que cette année depuis ma PAL a grandi 😉

      Aimé par 1 personne

  2. lebouquinivre dit :

    Hello!
    Ahaaa que tu me donnes envie de le lire! Je suis devenue totalement addict à cet auteur ! Quelle plume de dingue !
    Magnifique photo! Des bisous

    Aimé par 1 personne

  3. Photo du FSN 😉, je l’ai découvert cette année, et je suis devenue totalement addict il a une plume magnifique, prenante.

    Aimé par 1 personne

  4. couriretlire dit :

    J’avais adoré ce livre !!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s