une seconde trop Linda Green Préludes Editions 23 mai 2018

Linda Green, née en 1970 en Angleterre. Une seconde de trop est son premier livre

résumé : Un seconde de trop et vous perdez tout. Un, deux, trois… Lisa Dale ferme les yeux et compte jusqu’à cent lors d’une partie de cache-cache avec sa fille. Lorsqu’elle les rouvre, Ella, quatre ans, a disparu. Sans laisser la moindre trace. La police, les médias et la famille de Lisa font corps pour retrouver la fillette. Mais si leur instinct les éloignait d’Ella ? Et si le ravisseur était connu d’eux tous ?

35826259_1838839769750966_6664478861754892288_n

ressenti : Une seule seconde d’inattention et tout bascule, une famille est anéantie. Linda Green ici alterne avec la sensibilité de trois protagonistes, Lisa la mère, Muriel la ravisseuse, et Matthew le fils de Muriel. Les personnages sont fouillés, complexes, disséqués. L’intrigue est bien menée, réaliste, poignante.

Dès le départ, nous connaissons le ravisseur d’Ella donc pas de surprise. La force de l’auteur est dans la description psychologique de Muriel, personnage rigoriste au passé tragique, on comprend très vite ses failles, ses fêlures. Ce livre nous renvoie à la relation mère-enfant, la difficulté de tisser le lien maternel, celui qui n’étouffe pas mais qui est présent , celui qui laisse l’enfant partir du nid tout en l’accompagnant dans son épanouissement.

Une seconde de trop est l’histoire d’une famille qui se doit de rester soudée pour ne pas sombrer, qui doit faire face au jugement des médias , ceux qui clouent vite au piloris, les donneurs de leçons , ceux qui condamnent sans savoir, ceux qui se délectent des rumeurs et du malheur des autres. Une famille qui resserre les liens mais chacun se sentant si seul dans son angoisse, sa détresse, ses émotions.

J’ai adoré les chapitres concernant Matthew, ses prémices du sentiment amoureux, son envie de partir pour vivre sa vie, échapper à l’autorité de sa mère, mais l’emprise de celle-ci est si grande, qu’il se sent tiraillé par son amour pour elle, un sentiment de dépendance que sa mère a insidieusement distillé, un amour exclusif, toxique, qui ne permet pas de grandir , qui tue à petit feu, qui mène inévitablement à la tragédie.

Un livre à lire, un livre qui permet l’introspection de notre relation mère-enfants

Merci aux éditions Préludes pour cette réception.

images

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s