Le Club des Feignasse Gavin’s Clemente-Ruiz MAZARINE

Gavin’s Clemente-Ruiz :  est rédacteur au Guide du Routard, chroniqueur au journal La Montagne, éditeur

son premier roman « Comment papa est devenu danseuse étoile » en cours d’adaptation cinématographique.

35102365_1832288893739387_3147160603521449984_n

 

résumé :  Rejoignez le Club des Feignasses ! Rien ne prédisposait Béa, Alice, Sam, Greg et Elisabeth à se rencontrer. Pourtant, ces amoureux et cabossés de la vie, membres d’un club aussi curieux que chaleureux, apprennent vite à se connaître avec leurs failles, leurs richesses et leurs secrets.Un roman plein d’émotions, d’optimisme et de tendresse qu’anime une galerie de personnages attachants »

 

…je vous aime. On ne se le dit jamais assez…

 

Ressenti : Ne vous fiez pas à la couverture, je m’attendais à quelque chose de plus léger, ce ne fut pas le cas. Quoique!!

Quel Club que celui des Feignasses des personnages authentiques Béa, Sam, Elisabeth, Alice qui n’ont rien en commun mais qui finalement seront réunis par un seul et même lien et pas des moindres.

 

« Ensemble on est plus fort »

 

Et ce n’est pas Béa, personnage haut en couleur, qui dirait le contraire. Son énergie, sa gouaille, son optimisme permettent aux autres de rire de tout, d’adhérer à cette positive attitude, de profiter de chaque instant, de « larguer » ce qui nous attache, pour redémarrer ce qui nous fait plaisir, parce que la vie est si précieuse

 

« La vie est courte, je ne sais pas ou je vais , mais j’y vais. J’avance peut-être pas vite, mais je ne recule jamais »

 

Une amitié improbable qui nous fait passer des rires aux larmes , parce que la vie n’épargne personne , on a tous plus ou moins fait parti de ces cabossés de la vie. Il faut tomber pour remonter et se battre même quand la lutte est inégale. Un histoire ou les émotions nous assaillent, de la tendresse à la peur, des fous rires aux pleurs , une histoire humainement forte et touchante.

 

« Je crois qu’il faut avancer, tâtonner , essayer , regarder, écouter et au final, toujours choisir soi-même ce qu’on veut vraiment faire, ce que l’on souhaite vraiment être »

 

Ecrire pour exprimer ses sentiments, écrire quand cela fait mal, écrire pour ne pas oublier, écrire parce que la vie continue. Et Gavin’s Clemente-Ruiz continue… Les pages se tournent vite comme la vie alors autant en profiter avant que celle ci ne passe… Gavin’s Clemente-Ruiz a écrit avec son cœur et ses tripes et que dire de ces remerciements si touchants , une ode à la gaieté , à l’amour, la vie d’une Mère.

 

On en ressort émotionnellement  triste mais aussi galvanisé.

 

« Nous allons tous au même endroit , autant rendre le chemin heureux »

 

Allé quoiqu’il advienne la vie plus que tout!!!

 

Merci aux éditions Mazarine pour cet réception et leur confiance.

th (1)

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. lebouquinivre dit :

    Merci pour cette chronique! 🙂

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s